Deux tonnes de Captagon, la "drogue des jihadistes" saisies en Turquie

La police antidrogue a mis la main sur 10,9 millions de comprimés de Captagon dans la province de Hatay, rapporte le quotidien turc Hürriyet ,citant le ministère de l'Intérieur vendredi.

Des pilules de Captagon au bureau des forces de sécurité intérieure à Beyrouth (Liban), le 11 juin 2010.
Des pilules de Captagon au bureau des forces de sécurité intérieure à Beyrouth (Liban), le 11 juin 2010. (JOSEPH EID / AFP)

Résistance à la fatigue, déshinibition... Près de 11 millions de comprimés de Captagon, une drogue utilisée par certains jihadistes en Syrie, ont été retrouvés dans la province d'Hatay en Turquie, près de la frontière syrienne, rapporte le quotidien Hürriyet, qui cite le ministère de l'Intérieur turc, vendredi 20 novembre.

Les policiers ont saisi un premier lot de 7,3 millions de comprimés dissimulés dans 1 300 filtres à huile de moteur mercredi. Produits en Syrie, ils étaient destinés aux pays du Golfe. Le second lot a été découvert le lendemain dans un dépôt. Deux Turcs et un Syrien soupçonnés d'être des trafiquants ont été placés en garde à vue.

Facile à fabriquer et rentable

Le Captagon est l'une des drogues les plus populaires au Moyen-Orient et son commerce représente également une importante source de revenus pour certains groupes prenant part à la guerre qui déchire la Syrie depuis 2011. Lancé dans les années 1960, il contient de la fénétylline, un stimulant de synthèse que l'organisme humain métabolise en amphétamine.

Facile à fabriquer, il suffit de connaissances basiques en chimie et d'un peu de pratique pour produire le stupéfiant dans un laboratoire clandestin. De plus, "un sac de 200 000 pilules rapporte un demi-million de dollars, alors qu'il ne faut que quelques milliers de dollars pour le produire", explique un spécialiste libanais des mouvements jihadistes, interrogé dans un reportage d'Arte.

Cependant, le Captagon n'est sans doute pas utilisés par tous les islamistes, puisque contraire avec les préceptes du groupe Etat islamique, "L'Etat islamique est contre l'usage des drogues. Certains ont été châtiés pour avoir fumé une simple cigarette", indiquait le spécialiste de l'Etat islamique Romain Caillet à francetv info en mai.