Centre de déradicalisation : ni jeunes condamnés ni fichés S

Frédéric Crotta est en duplex de Beaumont-en-Véron (Indre-et-Loire) pour évoquer le profil des futurs pensionnaires du centre.

France 2

Après l'annonce de l'ouverture du centre de déradicalisation à Beaumont-en-Véron (Indre-et-Loire), une question de pose, celle du profil des futurs pensionnaires. Seront-ils déjà en rupture ou non étant donné qu'il s'agit d'un volontariat ? "Ces volontaires sont des gens qui sentent qu'ils peuvent basculer dans l'islam radical, mais ils n'ont pas franchi le pas", explique Frédéric Crotta, en duplex de Beaumont-en-Véron.

Des jeunes entre 18 et 30 ans

Du coup, pas question d'accueillir des gens condamnés et qui ont un casier judiciaire, pas question de recevoir des fichés S surveillés par la police. "En revanche, il pourra y avoir des gens signalés par leur famille aux autorités. Enfin, il faut savoir que ce sont des jeunes. Les gens qui viendront ici auront entre 18 et 30 ans", conclut l'envoyé spécial de France 2 en Indre-et-Loire.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'entrée du futur centre de déradicalisation de Pontourny à Beaumont-en-Véron (Indre-et-Loire) le 31 août 2016.
L'entrée du futur centre de déradicalisation de Pontourny à Beaumont-en-Véron (Indre-et-Loire) le 31 août 2016. (BENOIT ZAGDOUN / FRANCEINFO)