Cet article date de plus de dix ans.

Témoignage d'un Français à Damas : "Cette nuit j'ai cru que les combats étaient en bas de chez moi"

Depuis dimanche, les combats ont atteint le cœur de Damas en Syrie. Mercredi un violent attentat a frappé le centre de la ville. Un Français expatrié sur place témoigne de l'intensité des explosions "multipliée par deux" pendant la nuit, et des combats plus forcément "cantonnés à une partie de la ville".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

"C'est pas tant l'attentat de mercredi qui a marqué les esprits autour de moi, mais l'intensité de ce qu'on a pu entendre cette nuit ", raconte  Jean-Pierre Duthion, un consultant français vivant à Damas depuis 5 ans. Après le violent attentat qui a frappé hier le coeur de la ville, les combats se sont multipliés dans la nuit. "Ca a été une intensité, des fréquences de tirs et des déflagrations
peut-êre multipliées par deux
", poursuit le Français. "Même mes amis qui vivent dans des quartiers privilégiés, épargnés jusque là, ont ressenti les affrontements de la nuit de manière totale ", raconte-t-il.

"C'est épuisant de ne pas savoir où se passent les combats"

"Cette nuit j'ai eu l'impression que ça se passait en bas de chez moi , alors que c'était éloigné de mon domicil e", poursuit-il. "C'est ça qui est épuisant aussi, de ne pas savoir où les combats se passent exactement ", "jusque là ils semblaient cantonnés à une partie de la ville, ça ne semble plus être le cas ". Le Français s'inquiète également de l'insécurité qui augmente : "ça a ouvert la situation à de nombreux délinquants, des gens qui profitent de cet absence d'Etat ".

Jean-Pierre Duthion raconte les évènements à Damas sur


Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.