Syrie: les chrétiens dans la tourmente de la guerre civile

Les forces gouvernementales et les rebelles, dont des jihadistes du Front al-Nosra, se disputent la ville chrétienne de Maalula depuis septembre. Douze sœurs orthodoxes d'un couvent de cette localité ont été emmenées le 2 décembre par des hommes armés vers Yabroud, au nord de la Syrie. Aujourd'hui, les chrétiens, qui ont choisi le camp Assad, craignent plus que jamais pour leur vie.

Un soldat syrien en poste dans les rues de la ville chrétienne de Maalula, le 11 septembre 2013.
Un soldat syrien en poste dans les rues de la ville chrétienne de Maalula, le 11 septembre 2013. (AFP PHOTO / STR)

Vidéo initialement publiée le 19 septembre 2013

Située à 55 km au nord de Damas, Maalula est un verrou important vers la capitale. La ville de 5.000 habitants compte un grand nombre d'églises. Elle doit sa renommée à ses refuges troglodytiques datant des premiers siècles du christianisme. La plupart de ses habitants chrétiens sont grecs-catholiques.

Beaucoup de chrétiens, qui représentent 5% de la population syrienne, viennent d'Irak d'où ils ont fui la guerre. Dans le conflit irakien, ils ont longtemps évité de s'engager. Mais face à la montée des forces islamiques parmi les rebelles, les chrétiens soutiennent de plus en plus ouvertement le régime.

Il faut dire que le pouvoir baassiste a chouchouté les chrétiens pour élargir son assise. Et ils ont affiché une belle réussite, mais sans parvenir à inciter le régime à se démocratiser.

Aujourd'hui, leur inquiétude reste entière. Peur de voir les extrémistes prendrent le pouvoir et islamiser la société. La sécurité des chrétiens n'est, à leurs yeux, plus assurée.