VIDEO. Syrie : Edouard Philippe estime qu'il sera "très difficile" d'obtenir l'arrêt de l'offensive turque

Le chef du gouvernement a déploré, mercredi, au Sénat, "l'unilatéralisme dont la Turquie a fait preuve".

Edouard Philippe assiste à la séance de questions au gouvernement, le 15 octobre 2019, à l\'Assemblée nationale, à Paris.
Edouard Philippe assiste à la séance de questions au gouvernement, le 15 octobre 2019, à l'Assemblée nationale, à Paris. (JACQUES WITT / SIPA)

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a reconnu, mercredi 16 octobre, au Sénat, que l'objectif de mettre un terme à l'opération militaire que mène la Turquie en Syrie serait "très difficile" à obtenir. "Compte tenu des décisions turques et de l'unilatéralisme dont la Turquie a fait preuve, ne nous voilons pas la face : demander, condamner, inciter, nous le ferons ; obtenir sera beaucoup plus difficile", a-t-il estimé.

"Notre objectif, c'est de poursuivre, avec nos partenaires de l'Union européenne, toutes les initiatives possibles en vue de conduire la Turquie à mettre un terme à cette opération", a rappelé le chef du gouvernement français, lors des questions d'actualité au gouvernement.

Edouard Philippe a critiqué la "décision unilatérale" des Etats-Unis, qui ont annoncé un retrait de leurs forces armées. Selon lui, "les conséquences de cette décision unilatérale seront très lourdes sur les Etats-Unis sans doute, sur la région c'est certain (...) et probablement même sur la façon dont nous envisageons les relations avec nos partenaires dans des théâtres d'opération compliqués".