Offensive turque en Syrie : des politiques français réclament l'annulation du match France-Turquie

La Fédération française de football affirme qu'"une possible annulation n'est absolument pas dans les tuyaux".

Des joueurs turcs miment un salut militaire après un but, le 11 octobre 2019, à Istanbul (Turquie).
Des joueurs turcs miment un salut militaire après un but, le 11 octobre 2019, à Istanbul (Turquie). (EMRAH YORULMAZ / ANADOLU AGENCY / AFP)

Plusieurs responsables politiques ont réclamé l'annulation du match France-Turquie, qualificatif à l'Euro 2020, lundi 14 octobre, après le salut militaire des joueurs turcs lors de leur rencontre contre l'Albanie vendredi. Cette demande intervient alors qu'Ankara a lancé une offensive contre des positions kurdes dans le nord-est de la Syrie.

Le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, par ailleurs président du groupe d'études sur les Kurdes à l'Assemblée nationale, s'est opposé, dès dimanche soir, à ce que "ceux qui saluent le massacre de nos alliés kurdes" soient accueillis au Stade de France.

Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, est aussi favorable à une annulation. Selon elle, "en servant de relai à la propagande d'Erdogan, dont les actions en Syrie préoccupent la communauté internationale, l'équipe de football turque a bafoué les valeurs du sport. Il est temps que l'UEFA sanctionne cette dérive politique de la fédération de football turque !"

"Impensable que des joueurs turcs fassent le salut militaire sur notre sol, ou que La Marseillaise soit encore sifflée ce soir", a insisté l'eurodéputé et vice-président du RN Jordan Bardella, alors que des supporters turcs l'avaient pour partie sifflée, en juin, à Konya, lors du match aller.

"Une question de décence", pour le PS

Du côté de La France insoumise, le député Alexis Corbière a appelé à ce que le match soit "officiellement annulé". Même son de cloche chez Jean-Luc Mélenchon.

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, a réclamé un "report sine die" du match. "Au moment où nos alliés kurdes se font massacrer, c'est à la fois une question de décence, de solidarité et de bon sens pour garantir l'ordre public", a-t-il écrit sur Twitter.

Chez Les Républicains, le député Eric Ciotti a appelé, sur LCI, le ministre de l'Intérieur à "suspendre" ce match, "pour des raisons de sécurité", alors que de nombreux supporters turcs sont attendus au Stade de France.

La FFF n'envisage pas d'annulation 

Alors que le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a annulé sa venue au Stade de France, la Fédération française de football affirme qu'"une possible annulation n'est absolument pas dans les tuyaux""Il n'y a même pas le début d'un lancement d'une demande d'annulation", assure-t-elle. Les ministres turcs des Sports et de la Justice ainsi que l'ambassadeur à Paris devraient, eux, assister au match, selon une source diplomatique turque.

Philip Townsend, chef de presse de l'UEFA, a fait savoir, dimanche, que la confédération européenne de football allait "examiner" le salut militaire des joueurs turcs, en rappelant que le règlement "interdit les références à la politique et à la religion".

Un important dispositif de sécurité, de plusieurs centaines d'hommes et femmes, a été mis en place autour du Stade de France, un match classé à risque par le ministère de l'Intérieur.