"La région se meurt en silence" : deux ONG réclament un entretien avec Emmanuel Macron pour répondre au "désastre humanitaire" à Idleb en Syrie

Dans cette lettre, que franceinfo a pu consulter, les présidents des branches françaises de ces deux associations se présentent comme "des acteurs médicaux non-gouvernementaux œuvrant en Syrie" et dénoncent les difficultés pour intervenir auprès de la population locale.

Un camp de réfugiés dans la province Idleb, en Syrie, le 29 décembre 2019.
Un camp de réfugiés dans la province Idleb, en Syrie, le 29 décembre 2019. (AREF TAMMAWI / AFP)

Deux ONG médicales réclament un rendez-vous avec Emmanuel Macron, pour répondre au "désastre humanitaire" à Idleb en Syrie. Médecins du monde France et l'Union des organisations de secours et soins médicaux France (association basée aux États-Unis) signent une lettre commune envoyée le 27 décembre au président de la République. Dans cette lettre, que franceinfo a pu consulter, les présidents des branches françaises de ces deux associations se présentent comme "des acteurs médicaux non-gouvernementaux œuvrant en Syrie" qui veulent "alerter sur la situation dramatique constatée par les équipes dans la province d’Idleb en ce moment."

La communauté internationale "résignée"

Ces associations dénoncent les difficultés pour intervenir auprès de la population locale. "Délibérément et stratégiquement privée de nourriture, lit-on dans la lettre, et de soins depuis des mois par des bombardements intensifs et des déplacements de population massifs qui font craindre le pire, la région d’Idleb se meurt en silence face à une communauté internationale qui paraît résignée."

Nous dénonçons depuis des mois les violations systématiques du droit humanitaire international et ne voulons pas qu’Idleb signe le décès de ce droit (…) Cette aide humanitaire transfrontalière, qui serait un véritable soulagement pour ces populations, est refusée par la communauté internationale.MDM / UOSSM France

Dans ce contexte, les présidents de Médecins du monde France et de l'UOSSM France saluent "la position française de condamnation des bombardements à Idleb et la demande immédiate de désescalade", mais ils estiment que cette "position française n'est pas suffisante". "Nous sollicitons une rencontre [avec le président de la République] dès que possible", concluent les signataires.

Lettre adressée à Emmanuel Macron by Franceinfo on Scribd