DIRECT. Offensive en Syrie : l'Union européenne "condamne l'action militaire de la Turquie"

Dans une déclaration commune, les ministres des Affaires étrangères de l'UE promettent des sanctions contre les forages illégaux réalisés par la Turquie au large de Chypre.

Des combattants syriens soutenus par la Turquie circulent dans la ville d\'Ayn al-Arous (Syrie), le 14 octobre 2019.
Des combattants syriens soutenus par la Turquie circulent dans la ville d'Ayn al-Arous (Syrie), le 14 octobre 2019. (BAKR ALKASEM / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Une condamnation et une promesse de sanctions. Au sixième jour de l'offensive turque dans le nord de la Syrie, lundi 14 octobre, les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont "condamné l'action militaire de la Turquie, qui compromet gravement la stabilité et la sécurité de l'ensemble de la région". Ils ont dit préparer des sanctions contre les forages illégaux réalisés par la Turquie au large de Chypre. Suivez cette journée dans notre direct.

Erdogan refuse de "reculer". A la tête d'une armée qui progresse dans les territoires tenus par les Kurdes, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a répété sa détermination à poursuivre l'offensive, malgré les protestations de Paris et de Berlin. "Ceux qui pensent pouvoir nous contraindre à reculer avec ces menaces se trompent", a-t-il lancé, tandis que la violence des combats fait rage.

L'armée syrienne se rapproche de la frontière turque. Les forces du régime syrien se sont rapprochées, lundi, de la frontière avec la Turquie, où les troupes d'Ankara et des alliés syriens mènent toujours des combats contre une milice kurde. L'agence officielle Sana a confirmé l'arrivée "des unités de l'armée arabe syrienne" à la localité de Tal Tamr.

Les Kurdes s'allient au régime de Damas. Afin de s'opposer à l'avancée rapide des troupes turques et de leurs alliés, les Kurdes de Syrie avaient annoncé, dimanche, avoir conclu un accord avec Damas pour le déploiement de l'armée syrienne dans le nord du pays. Le régime de Bachar Al-Assad entretient des rapports tendus avec la minorité kurde, mais dénonce l'opération d'Ankara.

Un convoi de civils et de journalistes pris pour cible. Un convoi comprenant des journalistes a été attaqué dimanche à Ras al-Aïn, rapporte une équipe de France 2 qui se trouvait sur place. Dix personnes sont mortes dans ce raid mené par l'aviation turque, selon l'OSDH. Parmi eux figure le correspondant d'une agence locale de presse kurde.

Plus de 160 000 déplacés. Depuis mercredi, 128 combattants kurdes, 94 rebelles proturcs et 69 civils ont été tués dans les violences, selon un dernier bilan de l'OSDH. Plus de 160 000 personnes ont été déplacées, d'après l'ONU. De son côté, la Turquie a annoncé la mort de quatre soldats en Syrie et de 18 civils dans la chute de roquettes kurdes sur des villes frontalières turques.

Le Drian boycotte le match France-Turquie. Le ministre français des Affaires étrangères a renoncé à assister au match France-Turquie, qualificatif pour l'Euro 2020, auquel il devait se rendre lundi soir à Saint-Denis. "La présence du ministre était prévue à son agenda, il a décidé de ne pas y aller", a indiqué son entourage. La commission mixte économique France-Turquie, qui devait se tenir début décembre, a aussi été annulée par le Quai d'Orsay.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #SYRIE

23h50 : Le ministre américain de la défense Mark Esper a vivement dénoncé l'offensive militaire turque "inacceptable" en Syrie, estimant qu'elle avait résulté en la "libération de nombreux détenus dangereux" du groupe jihadiste Etat islamique. Washington demandera à l'Otan de prendre des "mesures" contre la Turquie, a précisé Mark Esper.

23h19 : Emmanuel Macron a insisté auprès de Donald Trump sur la "nécessité absolue d'empêcher une résurgence" du groupe Etat islamique, selon l'Elysée. Le président français s'est entrenu ce soir au cours d'un entretien téléphonique avec son homologue américain sur l'opération turque contre les Kurdes et le départ des Américains du nord de la Syrie, indique l'Elysée.

22h44 : "Je suis totalement prêt à détruire rapidement l'économie turque si les dirigeants turcs poursuivent dans cette voie dangereuse et destructrice."

Le président américain Donald Trump annonce qu'il signera "bientôt" un décret autorisant des sanctions contre des dirigeants turcs et qu'il augmentera les tarifs douaniers sur l'acier en réponse à l'offensive d'Ankara contre les Kurdes en Syrie.

22h35 : L'offensive militaire turque en Syrie a provoqué le déplacement d'au moins 160 000 personnes en une semaine, annonce l'ONU. De son côté, l'Unicef estime que 70 000 enfants figurent parmi ces déplacés. Plus de détails dans notre article.




(BAKR ALKASEM / AFP)

22h08 : Bonsoir @anonyme. Effectivement, Donald Trump a cherché à justifier une nouvelle fois le retrait des troupes américaines en Syrie. "Certains veulent que les États-Unis protègent la frontière syrienne, à 7 000 milles de là, présidée par Bachar Al-Assad, notre ennemi", a déclaré le président américain sur Twitter. "Je préfère de loin me concentrer sur notre frontière au sud qui fait partie des États-Unis. Et d'ailleurs, les chiffres sont en baisse et le MUR est en construction !"

21h55 : Un mot sur le dernier tweet de notre ami Donald ? Il vaut le détour...

20h42 : "La Russie est un peu perdue dans cette situation. Il n'est pas exclu que les troupes d'Al-Assad puisse entrer en confrontation directe avec les Turcs."

Selon Alexandre Golts, les Russes auraient pu faciliter les pourparlers entre les Kurdes et Bachar Al-Assad. "Les Kurdes ont accepté l'aide de leur ennemi, car ils n'ont pas de choix", explique-t-il au bureau de Moscou de France Télévisions.

20h42 : "Poutine ne peut pas jouer le rôle de garant pour les Kurdes car ces derniers ne font pas confiance aux Russes. Poutine les a déjà laissé tombés une fois."

Le politologue Dmitri Orechkine revient sur l'alliance entre les Kurdes et Bachar Al-Assad. "Tactiquement, Al-Assad est un allié temporaire plus compréhensible et fiable que la Russie", explique-t-il.

20h07 : Face au chaos dans le nord-est syrien, les familles de jihadistes français retenus sur place redoutent le pire et multiplient les appels aux rapatriements qui n'ont, selon eux, jamais été aussi urgents. "Si Bachar Al-Assad reprend les prisons, quel sera leur avenir ?" interroge ainsi la sœur d'un jihadiste qui se trouverait, aux dernières nouvelles, en prison dans le Kurdistan syrien. Environ 12 000 combattants de l'Etat islamique sont détenus dans les prisons sous contrôle des Kurdes.

19h41 : Les forces du régime syrien sont entrées dans la ville-clé de Minbej, dans le nord de la Syrie, indiquent les médias d'Etat. Il s'agit d'un déploiement militaire dans cette ville contrôlée par un conseil militaire affilié aux autorités kurdes pour contrer l'offensive turque.

19h11 : La Turquie a vivement rejeté les critiques de l'Union européenne sur son offensive en Syrie contre une milice kurde, y voyant une approche "inacceptable" qui "protège les terroristes", selon le ministère turc des Affaires étrangères.

18h20 : Dans la soirée, on suivra notamment la rencontre France-Turquie, qui peut permettre aux Bleus de valider leur qualification pour l'Euro 2020. Mais ce match va se dérouler sur fond de tensions internationales. Plusieurs politiques ont réclamé l'annulation de la rencontre en raison du salut militaire effectué par les joueurs turcs vendredi lors d'un match contre l'Albanie, alors que la Turquie mène en ce moment une offensive contre les Kurdes dans le nord de la Syrie.

18h01 : Des supporteurs de la Turquie se trouvent déjà aux abords du Stade de France, avant le match France-Turquie. Plus de 30 000 fans turcs sont attendus.

17h11 : Ce soir, la surveillance policière sera particulièrement renforcée pour le match France-Turquie, qualificatif pour l'Euro 2020. Nous détaillons dans cet article le dispositif de sécurité déployé aux abords Stade de France, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).




(KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

16h50 : Quid d'une intervention militaire ? Impensable. "Une intervention militaire ne peut avoir lieu. La seule possibilité, ce serait une opération de plusieurs Etats, avec les Etats-Unis, développe auprès de franceinfo Philippe Moreau Defarges, chercheur à l'Ifri. Or, en la matière, l'UE, en plus de la France, se résume à deux Etats : l'Allemagne, qui est très réticente pour envoyer des troupes, et le Royaume-Uni, qui, pris dans le Brexit, ne fera rien."

16h49 : La France peut-elle imposer des sanctions économiques à la Turquie ? "Il peut effectivement y en avoir mais ce ne sera pas au niveau de la France mais au niveau de l'UE", explique à franceinfo Jean-Pierre Maulny, directeur adjoint de l'Iris.

16h45 : Depuis mercredi dernier, la Turquie a lancé une offensive dans le nord de la Syrie. Les moyens de pression dont dispose Paris pour contraindre Ankara à cesser son opération militaire semblent limités. Les explications dans notre article.




(OZAN KOSE / AFP)

16h25 : Tout à l'heure, Donald Trump a émis une hypothèse rejoignant l'accusation de la Turquie.

16h24 : Selon Ankara, les forces kurdes ont libéré des détenus du groupe Etat islamique "pour semer le chaos dans la région".

16h22 : La Turquie accuse les forces kurdes d'avoir volontairement relâché des détenus du groupe Etat islamique.

15h55 : @anonyme : "Ce match ne peut pas être annulé par la France, mais uniquement par l'UEFA", a expliqué à L'Equipe une source au "sommet du pouvoir". "Seul un facteur d'ordre majeur, comme une menace ou une vague d'attentats, pourrait justifier" la demande d'annulation, selon cette source. Philip Townsend, chef de presse de l'UEFA, a fait savoir hier que la confédération européenne de football allait "examiner" le salut militaire des joueurs turcs, en rappelant que le règlement "interdit les références à la politique et à la religion".

15h51 : Qui peut prendre la décision de reporter le match France Turquie ?

15h19 : Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, estime que le match France-Turquie, qui doit avoir lieu ce soir au Stade de France, "doit être reporté sine die". Pour lui, "la frontière entre sport et politique a été allègrement franchie par Erdogan".

14h22 : Donald Trump émet l'hypothèse selon laquelle les Kurdes relâcheraient volontairement "quelques" prisonniers du groupe Etat islamique pour contraindre Washington à s'engager. "Les Kurdes pourraient être en train d'en relâcher quelques-uns pour nous forcer à nous impliquer", a écrit le président américain sur Twitter. Et d'ajouter : "Nous n'allons pas nous engager dans une autre guerre entre des gens qui se combattent depuis 200 ans."

14h05 : Il est 14 heures, voici les principaux titres :

• Le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel est décerné à l'Indien Abhijit Banerjee, la Française Esther Duflo et l'Américain Michael Kremer pour leurs travaux sur la réduction de la pauvreté dans le monde.

Météo France place 42 départements en vigilance orange cet après-midi, en raison des risques d'orages.

• Armées régulières, milices… Quelles sont les forces qui s'affrontent à la frontière turco-syrienne ? Les réponses dans notre article.

• Le Premier ministre britannique Boris Johnson a assuré qu'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne le 31 octobre constituait la "priorité" de son gouvernement. C'est ce qu'il a déclaré par la voix de la reine Elizabeth II, au moment où les négociations pour parvenir à un accord sont dans leur dernière ligne droite.

13h12 : Armées régulières, milices… Quelles sont les forces qui s'affrontent à la frontière turco-syrienne ? Dans leur attaque contre les Kurdes, les Turcs sont alliés à l'Armée nationale syrienne, qui leur sert d'infanterie sur le terrain. En face, les Kurdes ont conclu hier soir un accord avec le régime de Damas pour déployer l'armée régulière syrienne dans le nord du pays. Pour mieux comprendre la situation, nous avons écrit cet article.




(HUSEYIN NASIR / ANADOLU AGENCY / AFP)

12h05 : Il est midi, voici les titres :

Le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel est décerné à l'Indien Abhijit Banerjee, la Française Esther Duflo et l'Américain Michael Kremer pour leurs travaux sur la réduction de la pauvreté dans le monde.

Météo France place 42 départements en vigilance orange, à partir de 14 heures cet après-midi, en raison des risques d'orages.


Les forces du régime syrien se rapprochent de la frontière avec la Turquie, où les troupes d'Ankara mènent toujours des combats contre une milice kurde. Suivez notre direct.

Cinq membres de l'entourage de Mickaël Harpon ont été interpellés, dans l'enquête sur l'attaque perpétrée par cet agent de la préfecture de police contre ses collègues.

11h02 : Bonjour @Benoit, un convoi dans lequel se trouvaient des civils et des journalistes a en effet été la cible d'une attaque près de la frontière turque en Syrie. Le dernier bilan dont nous disposons fait état de 14 morts et une vingtaine de blessés dont des journalistes, mais à notre connaissance, aucun confrère français n'a été tué. J'essaie d'en savoir plus sur les victimes. Une équipe de France 2 était sur place et raconte l'attaque.

10h59 : Bonjour on parle de journalistes français tués en Syrie par les forces turques ?

10h41 : Le président turc Recep Tayyip Erdogan salue la décision des Etats-Unis qui vont retirer jusqu'à 1 000 soldats du nord de la Syrie, où Ankara mène une offensive contre une milice kurde. "C'est une approche positive", a déclaré le président Erdogan lors d'une conférence de presse

10h03 : Il est 10 heures, voici un bref rappel des titres :

Les forces du régime syrien se rapprochent de la frontière avec la Turquie, où les troupes d'Ankara mènent toujours des combats contre une milice kurde. Suivez notre direct.

Cinq membres de l'entourage de Mickaël Harpon ont été interpellés, dans l'enquête sur l'attaque perpétrée par cet agent de la préfecture de police contre ses collègues.


Météo France place 17 départements de l'ouest et du centre de la France en vigilance orange, à partir de 14 heures cet après-midi, en raison des risques d'orages.

09h59 : Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian n'assistera pas à la rencontre France-Turquie au Stade de France, ce soir, annonce le ministère à France Télévisions. Sa présence avait un temps été envisagée.

09h21 : Comment est la situation en Syrie dans les camps qui abritent des réfugiés ? Combien de camps y a-t-il ? Maryse Burgot, journaliste à France 2, fait le point sur la situation.


09h08 : Les forces du régime syrien se sont rapprochées de la frontière avec la Turquie, où les troupes d'Ankara et leurs alliés syriens mènent toujours des combats contre une milice kurde, selon un correspondant de l'AFP.

08h50 : Si le règlement interdit toute référence à la politique ou à la religion, il faut exclure de la rencontre tout joueur qui le ferait : c'est simple, non ?

08h49 : La meilleure des réponses est de leur coller un 3-0 net et sans bavure. Point barre.

08h49 : Boycotter le match, c'est agir. Le regarder c'est cautionner. À notre petite échelle, nous pouvons dire non. Ce match n'a pas de sens alors alors que des populations se font massacrer et que les relations diplomatiques semblent stériles.

08h49 : Je propose que ce match soit différé, joué a huis clos sur un terrain neutre. Le résultat sportif sera là sans la propagande politique.

08h48 : Vous êtes encore nombreux à souhaiter l'annulation du match France-Turquie de ce soir. Mais certains d'entre vous proposent d'autres options.

08h24 : C'est notamment l'image (publiée un peu plus tôt dans ce direct) des joueurs turcs faisant un salut militaire, vendredi, pendant un match contre l'Albanie, qui choque et pousse certains à réclamer l'annulation du match. Philip Townsend, chef de presse de l'UEFA, a fait savoir hier que la confédération européenne de football allait "examiner" ce geste, rappelant que le règlement "interdit les références à la politique et à la religion". Mais il est très peu probable que l'UEFA annule la rencontre.

08h20 : Si le match a quand même lieu. Boycott total des chaînes de télévision qui le diffuseront

08h19 : C’est à la FIFA d’agir, pas à nous d’agir unilatéralement sous peine de faire sanctionner nos propres joueurs et de les priver de championnats d’Europe.

08h18 : Annuler n’aiderait en rien les Kurdes, cela serait de la symbolique stérile qui ne mène nulle part, sauf à nous gargariser nous-mêmes (malheureusement)

08h18 : Vous êtes nombreux, dans les commentaires, à estimer que la rencontre France-Turquie de ce soir devrait être annulée. Mais quelques uns d'entre vous ne voient pas l'intérêt. N'hésitez pas à nous écrire pour expliquer votre position à ce sujet.

08h13 : Il est un peu plus de 8 heures, voici les titres :

Les Kurdes de Syrie, lâchés par Washington, ont annoncé avoir conclu un accord avec Damas pour le déploiement de l'armée syrienne dans le nord du pays, afin de s'opposer à l'avancée des troupes turques et de leurs alliés. De son côté, Paris annonce vouloir accentuer ses efforts diplomatiques "pour obtenir la cessation immédiate de l'offensive turque". Suivez notre direct.

Météo France place 17 départements de l'ouest et du centre de la France en vigilance orange, à partir de 14 heures cet après-midi, en raison des risques d'orages.

Elles sont devenues le "visage du jihad au féminin" selon le parquet. Après trois semaines d'audience, la cour d'assises spéciale de Paris rendra aujourd'hui son verdict au procès du commando de Notre-Dame, où comparaissent cinq femmes accusées d'avoir participé à des projets d'attentats.

La Tunisie attend à présent le résultat officiel de la présidentielle, qui devrait consacrer la victoire écrasante de Kais Saied, un théoricien de la Constitution aux convictions conservatrices.