Des clips de drones pour faire la propagande de l'intervention russe en Syrie

Des images de la bataille de Jobar, à Damas, ou des montagnes de Lattaquié filmées par des drones et montées comme des clips vidéo font un tabac sur YouTube. Une forme de propagande efficace ?

Le quartier de Jobar pendant la dernière offensive syrienne, filmé par un drone.
Le quartier de Jobar pendant la dernière offensive syrienne, filmé par un drone. (YouTube, Russiaworks/capture d'écran)

Deux vidéos siglées VGTRK, la compagnie nationale de télévision et radio russe, qui possède notamment les chaînes Russie1 et Russie24, ont attiré l'attention des médias internationaux autour du 20 octobre 2015. Ces images de Jobar, quartier stratégique à l'est de Damas dévasté par le pilonnage de l'armée régulière syrienne, ont été vues 1,8 million de fois sur YouTube en une semaine.

La première vidéo montre des vues de ruines et de tanks en action, avec des combattants mais pas de civils, vraisemblablement filmées par un drone de type de type DJI Phantom comme en utilisent la presse et les agences de production vidéo, selon Le Monde. Montées sur un morceau du duo de DJ's californiens Crystal Method, High Roller (avec samples des sons de la mission Apollo 8 de la NASA, toujours selon Le Monde), elles ont tout d'un clip ou d'un jeu vidéo type Call of Duty.


Et pourtant, d'après les blogueurs qui analysent les images postées sur les réseaux sociaux, précise Libération, ce sont bien les images du quartier de Jobar. Depuis le 18 octobre, des combats intenses opposent à nouveau  les rebelles aux forces du régime de Bachar al-Assad qui tentent de leur reprendre la périphérie de Damas. Une offensive relatée par le site proche du Kremlin Sputniknews.

Dans une autre vidéo, mise en ligne sur le même site, Russiaworks.ru, le 15 octobre 2015, le journaliste et le caméraman Alexandre Pouchine (ci-dessous) se mettent en scène en train d'arriver dans les montagnes de 
Lattaquié, fief alaouite du clan Assad d'où l’armée russe dirige ses frappes. Le tout sur fond de… chanson d'amour populaire en Russie. «Je t'aime, ça sonne banal, etc.», s'époumonne le chanteur, un dénommé Vlad, tandis qu'à l'écran défilent des images de tanks et d'explosions.

Alexandre Pouchine est un jeune chef-opérateur de Russie24 qui a reçu la «médaille du courage» en 2014 pour son travail sur le front en Syrie. Il est crédité dans l'équipe de RussiaWorks, compagnie privée spécialisée dans le tournage par drones pour le compte du VGRTK.

En page d'accueil du site, le programme «Guerre», les «Chroniques d'un drone», le «Journal d'un correspondant de guerre». Les «Chroniques d'un drone» sont en fait le vidéoblog que tient Alexandre Pouchine sur l'intervention en Syrie. Voici le chapitre qui s'intitule «la Guerre», réalisation esthétisante sur musique planante, avec des images là encore filmées par drone. 


Sur la page YouTube du caméraman, toute une série de vidéos tournées en Syrie, en Crimée ou dans l'est de l'Ukraine. Sur Russiaworks.ru, on peut voir aussi ce clip tourné à Slaviansk, dans le Donbass pro-russe, pendant le conflit ukrainien et «dédié aux amis». Le même Alexandre Pouchine s'y met en scène sur fond d'hymne sentimental à l'amitié.

Ces vidéos à l'esthétique léchée sont-elles une arme de propagande efficace ? En tout cas, les 14% de Russes seulement qui soutenaient les frappes russes en Syrie en septembre sont devenus, en octobre, 72%.