Cet article date de plus de huit ans.

Syrie : la France publie ses preuves contre Bachar al-Assad

L'attaque chimique du 21 août par le régime syrien a fait "au moins 281" morts. Dans une note déclassifiée ce lundi, et que le gouvernement a mis en ligne dans la soirée, les renseignements français imputent cette attaque au régime de Bachar al-Assad. Jean-Marc Ayrault a également confirmé que le débat au Parlement, mercredi, se ferait "sans vote".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Gonzalo Fuentes Reuters)

L'attaque chimique du 21 août près de
Damas a été perpétrée par le régime syrien et a fait "au moins 281" morts,
notamment parmi la population civile, selon des informations des services de
renseignement français, rendues publiques lundi par le gouvernement.

Ces éléments figurent dans une "note de
synthèse" présentée par Jean-Marc Ayrault aux
responsables politiques qu'il a réunis lundi à Matignon en fin d'après-midi.

A l'issue de cette réunion, le Premier ministre a déclaré que "la France est déterminée à sanctionner l'usages d'armes chimiques par le régime de Bachar al-Assad" .

"Il n'est pas question pour la France d'agir seul, Paris veut réunir une coalition" , a ajouté Jean-Marc Ayrault, avant de confirmer que le débat parlementaire de mecredi se ferait "sans vote" .

Pour arriver aux conclusions de leur note de synthèse, les renseignements français s'appuient sur cinq éléments:

L'imagerie française a montré que les zones touchées étaient tenues par les rebelles et se situaient à la lisière des zones tenues par le régime.Les rebelles n'ont pas les moyens, selon la note de synthèse, de mener une telle attaque, "massive et coordonnée" . Cette attaque a utilisé des roquettes "très vraisemblablement de fabrication industrielle" .Le régime a bombardé la zone intensément, après l'attaque, avec une "volonté d'effacement des traces environnementales" .La note évoque également le "caractère massif" du programme chimique syrien. Elle revient sur trois cas "vérifiés" d'utilisation d'armes chimiques par le régime de Bachar al-Assad ces derniers mois.Contrairement à ces précédentes attaques, qui utilisaient des "petites charges chimiques" et avaient un "objectif de terreur" , l'attaque du 21 août était massive, avec un "objectif tactique de reconquête du terrain" . Cette note de neuf pages a été rédigée par la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et par la Direction du renseignement militaire (DRM).

Par ailleurs, le site internet du ministère de la Défense a publié des extraits de vidéo qui prouvent l'utilisation d'armes chimiques. Voir les vidéos

 

Assad: "La France sera l'ennemie de la Syrie en cas d'attaque

Dans un entretien au Figaro, à paraître mardi et dont une partie est déjà en ligne sur le site du quotidien, Bachar al-Assad prévient que la France sera l'ennemie de la Syrie en cas d'attaque.

Le président syrien a mis en garde contre un risque de "guerre régionale" en cas d'action militaire occidentale. "Le Moyen-Orien est un baril de poudre et le feu s'en approche aujourd'hui" , a déclaré Bachar al-Assad au Figaro, mettant par ailleurs en garde contre "les répercussions négatives" de frappes "sur les intérêts de la France" .

Syrie Synthese Nationale de Renseignement Declassifie 02-09-2013 by Mondoloni

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.