Cet article date de plus de six ans.

Sortie de "Citizenfour" : que devient Edward Snowden ?

Il a reçu l'Oscar 2015 du meilleur documentaire, "Citizenfour" sort ce mercredi en salle. Edward Snowden a dû célébrer son prix par vidéoconférence, depuis la Russie, où il s'est réfugié. Comment envisage-t il l'avenir ? Le point sur sa situation.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Vidéoconférence avec Edward Snowden dans un lycée de Toronto début février © REUTERS/Mark Blinch)

L'été dernier Edward Snowden a obtenu un permis de résidence de trois ans, en Russie, qui lui a accordé l'asile politique. Alors comment se porte l'ancien consultant informatique qui a révélé au monde le système d'écoutes massives du renseignement américain ? On sait qu'il vit à Moscou, qu'il va bien, qu'il ne regrette rien, qu'il travaille beaucoup, prend le métro comme tout le monde, fait ses courses, va au musée, voyage à l'etranger comme l'y autorise son visa.

La seule différence, dit-il, mis à part les gardes du corps qui l'accompagnent jour et nuit, c'est qu'il n'est pas chez lui et qu'il aimerait rentrer aux Etats-Unis. "Ce n'est un secret pour personne qu'il souhaite rentrer chez lui. Et nous faisons tout ce qui est possible à présent pour régler cette question. Un groupe d'avocats américains et un groupe d'avocats allemands y travaillent, je traite ce dossier pour la partie russe ", a déclaré mardi son avocat russe Anatoli Koutcherena.

Tout ce qui valorise les actions de Snowden, "fait avancer le dossier"

Snowden a toujours posé comme condition à son retour : de pouvoir bénéficier d'un procès équitabe. Les Etats-Unis veulent le juger pour avoir diffusé des documents confidentiels sur les pratiques de l'Agence nationale de sécurité (NSA).

 Alors cet Oscar peut il changer la donne ? La sortie de ce documentaire "Citizenfour" dont France Info est partenaire peut-il aider Snowden à rentrer chez lui ? Dans cette bataille d'opinion, tout ce qui valorise les actions de Snowden fait avancer le dossier, confie son avocat français William Bourdon. Car pour l'instant Edward Snowden, accusé d'espionnage, risque 30 ans de prison s'il remet les pieds aux Etats-Unis.

Pour protéger les lanceurs d’alerte "il faut une haute autorité comme au Canada" "parce que sinon ils n’oseront jamais franchir le Rubicon" - William Bourdon, l’un des cinq avocats européens d’Edward Snowden, sur France Info
écouter
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.