Guerre en Ukraine : "L'argent dit la vérité des choses", juge le journaliste Paul Moreira, auteur d'un documentaire sur Vladimir Poutine et les oligarques russes

Plus d'un an et demi après le début de la guerre en Ukraine, France 2 consacre une soirée spéciale à la Russie, mardi.
Article rédigé par Isabelle Malin
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min
Le journaliste Paul Moreira, réalisateur du documentaire  "Poutine et les oligarques", diffusé mardi 19 septembre 2023 sur France 2. (PREMIERES LIGNES / FRANCEINFO)

Comment fonctionne le système financier russe ? Quels rapports entretient Vladimir Poutine avec les puissants hommes d'affaires de son pays, particulièrement ciblés par les sanctions internationales ? Pour faire la lumière sur ces questions brûlantes, près de 19 mois après le début de la guerre en Ukraine, France 2 propose, mardi 19 septembre, une soirée spéciale consacrée à la Russie.

Au cœur de cet événement se trouve le documentaire Poutine et les oligarques, diffusé en deux parties à partir de 21h10. Dans ce film exceptionnel, Paul Moreira explique comment l'actuel maître du Kremlin a brisé les velléités politiques et économiques des milliardaires qui avaient fait fortune sous la présidence de Boris Eltsine. Le journaliste a accepté de revenir sur son travail pour franceinfo.

Franceinfo : Comment résumeriez-vous votre documentaire ? 

Paul Moreira : Pour résumer en une phrase, le film raconte comment un garde du corps est devenu un parrain. On l'a oublié, mais en 1995, la Russie était au bord de l'insurrection. Les ouvriers étaient excédés, car ils n'étaient pas payés. Les oligarques jouaient en bourse avec l'argent qui aurait dû revenir aux travailleurs. C'était une situation qui aurait dû déclencher une révolution.

C'est dans ce contexte, où le Parti communiste menaçait de revenir au pouvoir, que les oligarques décident de porter Poutine au pouvoir. Ils se disent : "On va empêcher les communistes de revenir en choisissant un dur. Vladimir Poutine va mater la révolte, il vient du KGB, a pété la gueule des Tchétchènes, et quand il parle à la télé, les gens ont peur."

Au tout début, Poutine joue le jeu du type obéissant. Puis tout bascule lors d'une scène que décrit l'ancien oligarque Sergueï Pougatchev dans le documentaire : alors que des rumeurs selon lesquelles il souhaiterait nationaliser plusieurs entreprises privées effrayaient les milliardaires, Vladimir Poutine organise une réunion avec les oligarques dans la datcha [maison de campagne] de Staline, où il met en place une mise en scène très intimidante.

"C'est du Poutine tout craché : il repère les points faibles des gens et manipule leur peur."

Paul Moreira

à franceinfo

On a pu le constater plus récemment, lorsqu'il a fait rentrer un chien lors d'un rendez-vous avec Angela Merkel, alors qu'il sait qu'elle en a une véritable phobie. C'est sa manière passive-agressive de prendre le pouvoir.

Le barbecue organisé chez Staline, c'était la même chose. Il envoyait un message subliminal que les oligarques ont bien compris : "Attention, en Russie, celui qui est à la tête de l'Etat incarne le pouvoir, ce ne sont pas vous, les milliardaires."

Au début de son mandat, il était tout de même impressionné face à ces hommes puissants… 

Il était évidemment intimidé par ces types qui étaient richissimes, mais il les a très vite testés. A la base, Poutine est un petit officier du KGB. Il n'est pas comme les autres hiérarques, des apparatchiks qui montent dans l'appareil et accèdent au pouvoir après des années d'intrigues. Lui a été choisi pour sa brutalité et sa capacité à faire peur. Le problème, c'est qu'il va faire peur aux oligarques et va réussir à les soumettre en à peine un an. 

Avez-vous eu des difficultés particulières lors de la réalisation de ce documentaire ?

La difficulté première résidait dans le choix que nous avons fait de ne pas aller en Russie. D'une part, parce que là-bas, il aurait été compliqué de rencontrer quelqu'un qui puisse nous parler librement. D'autre part, nous ne voulions pas mettre en danger de potentielles sources sur place, étant donné le niveau de témoignages que nous souhaitions recueillir. 

"Nous voulions des témoins de l'intérieur, capables de raconter des scènes. Des protagonistes qui avaient été en première ligne dans un certain nombre d'événements."

Paul Moreira

à franceinfo

Il nous a donc fallu aller tout autour de la Russie. Nous avons tourné en Géorgie, en Allemagne, en Autriche, en Pologne, à Londres et puis en France. 

L'autre problème concernait les archives. Il nous fallait des images et des images originales. Cela a été très compliqué, car les télévisions russes étaient fermées, et n'avaient de toute façon plus l'autorisation de commercer avec nous. Mais même si elles avaient obtenu l'autorisation de nous vendre des images, nous aurions dû les payer en roubles, car le système Swift n'est plus possible avec la Russie à cause des sanctions internationales. On a dû inventer des méthodes afin d'avoir accès à des archives vraiment originales et qui font, je crois, la saveur et la force du film. 

Comment avez-vous réussi à faire témoigner l'ancien oligarque Sergueï Pougatchev ?

Sergueï Pougatchev dit vivre sous la menace permanente de Vladimir Poutine. Nous voulions le rencontrer chez lui. Cela a été un peu long à négocier, car il vit bunkérisé, entouré de bergers allemands et avec d'énormes dispositifs de sécurité.

Nous sommes restés cinq heures ensemble et il m'a finalement confié des choses intéressantes. Ce qui m'intéressait chez Sergueï Pougatchev, c'était ses souvenirs, pas ses prises de positions contre le régime.

Qu'est-ce qui vous a le plus marqué en pénétrant dans cet univers ?

Je connaissais l'importance des oligarques, mais l'un des grands mystères était pour moi l'origine de leur fortune. D'où provenait le premier dollar ?

Lors de notre enquête, j'ai par exemple découvert comment Mikhaïl Khodorkovski [ancienne première fortune de Russie, qui vit désormais en exil à Londres] avait mis la main sur ce que j'appelle la fortune des soviets. A l'époque, les salaires des travailleurs étaient payés en liquide, mais il existait une monnaie virtuelle, appelée non-cash, qui servait aux échanges entre les entreprises. C'était, d'une certaine manière, de l'argent communiste : on ne pouvait rien acheter avec, on ne pouvait pas s'enrichir, ni faire du profit. Mikhaïl Khodorkovski a réussi à convaincre le président de l'époque, Mikhaïl Gorbatchev, de transformer ce non-argent en vrai argent, et a ouvert une banque. L'ingéniosité de ces hommes, qui étaient des mathématiciens très malins, a pour moi été une véritable découverte. 

Lorsque Vladimir Poutine arrive au pouvoir, l'argent des oligarques est déjà utilisé comme une arme d'influence sur la scène internationale. Il sert comme aide matérielle apportée aux partis d'extrême droite européens. Ce dark cash [argent sombre] est au centre du pouvoir de Poutine. Et cette opacité a parfaitement profité du système des paradis fiscaux. On peut d'ailleurs estimer que le véritable drapeau des oligarques russe est celui des Iles vierges britanniques : c'est celui qu'arborent leurs yachts. 

L'Europe a-t-elle profité de l'argent de ces oligarques ? 

Bien sûr. Les Russes ont ouvert les portes de manière spectaculaire à d'anciens dirigeants européens, comme l'ex-chancelier allemand Gerhard Schröder, Nicolas Sarkozy, et des tas d'autres.

Le Royaume-Uni a par ailleurs servi de coffre-fort aux avoirs des oligarques. Depuis la guerre en Ukraine, les Anglais sanctionnent les milliardaires russes, mais ceux-ci ont longtemps eu droit au tapis rouge dans le pays. Ceux qui faisaient affaire avec ces financiers accueillaient leur argent à bras ouvert. Certains allaient jusqu'à surnommer "Londongrad" la ville de Londres. 

Dans le film, nous diffusons une séquence stupéfiante dans laquelle des agents immobiliers disent à des oligarques : "On n'a pas besoin de savoir d'où vient votre argent." Cela aurait pu être le titre du documentaire : les milliardaires russes se sont servi des paradis fiscaux qu'offrait le capitalisme occidental et cela continue encore aujourd'hui, malgré les sanctions. C'est notamment le cas à Chypre, par exemple. Il ne faut pas oublier cette réalité, et c'est ce que j'ai voulu souligner dans le film.

Comment expliquer les morts suspectes de nombre d'oligarques ? 

Pour l'instant, nous n'avons pas vraiment de réponse à cette question. [L'ancien oligarque] Sergueï Pougatchev estime qu'il s'agit de "nettoyage d'archives", d'intimidation envers ceux qui seraient tentés de parler ou de collaborer avec les autorités occidentales.

Bien sûr, il s'agit de la version de Pougatchev, qui a, par le passé, participé au système. Cela vaut ce que cela vaut, car il n'y a pas de preuves, mais c'est tout de même un homme qui était à l'intérieur de la machine. Il estime que ces oligarques savaient beaucoup de choses et que le régime russe ne veut pas prendre de risques. 

Pourquoi avoir pris le parti de raconter le parcours de Vladimir Poutine sous l'angle des oligarques ?

En effectuant ce travail, j'ai véritablement eu l'impression d'aller derrière le rideau, en coulisses. Nous sommes en plein milieu de la guerre, et tout le monde cherche des clefs idéologiques pour comprendre le régime de Poutine.

A mon sens, il faut plutôt se mettre sur la piste de l'argent. Lorsque l'on expose les flux financiers, on révèle la vraie nature d'un régime beaucoup plus efficacement qu'en essayant de disséquer l'idéologie ou les discours politiques. C'est l'argent qui vous dit la vérité des choses. Là, nous sommes dans la réalité du poutinisme, qui est une fusion entre l'ultra-libéralisme économique, un autoritarisme politique, et une certaine forme de banditisme.

Le documentaire Poutine et les oligarques, réalisé par Paul Moreira, est diffusé mardi 19 septembre sur France 2 à 21h10 et sur france.tv.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.