Ex-espion empoisonné : accuser la Russie est "du grand n'importe quoi", selon Vladimir Poutine

Après sa victoire à la présidentielle, il a commenté les accusations visant Moscou d'avoir empoisonné sur le sol britannique l'ex-espion russe Sergueï Skripal.

Vladimir Poutine fait un discours après sa victoire à la présidentielle, le 18 mars 2018 à Moscou (Russie).
Vladimir Poutine fait un discours après sa victoire à la présidentielle, le 18 mars 2018 à Moscou (Russie). (SEFA KARACAN / ANADOLU AGENCY / AFP)

"Du grand n'importe quoi". Le président russe Vladimir Poutine a commenté les accusations visant Moscou d'avoir empoisonné sur le sol britannique l'ex-agent double Sergueï Skripal. Après sa victoire à la présidentielle dimanche 18 mars, il a assuré que la Russie avait "détruit toutes ses armes chimiques" et était "prête à coopérer" avec Londres.

C'est la première fois que le président russe s'exprime sur cette affaire depuis que Londres a mis en cause la Russie. "C'est absurde, cela n'a pas de sens", a-t-il réagi aux accusations, ajoutant que son pays est prêt à "participer aux enquêtes nécessaires".

"La première chose qui me vient à l'esprit, c'est que si un gaz chimique militaire existait, les gens seraient morts sur le coup. C'est évident", a encore défendu le président russe. "La deuxième chose, c'est que la Russie ne dispose pas de ce type de moyens", a-t-il affirmé.