Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo Chevauchées mises en scène, publications délirantes et médias bâillonnés : l'image maîtrisée de l'incontrôlable Kadyrov

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
L’image très maîtrisée de l’incontrôlable Kadyrov
Article rédigé par
France Télévisions

Le président tchétchène, proche de Vladimir Poutine, est connu pour ses déclarations violentes à l'égard des minorités. Mais il ne s'agit aucunement de "dérapages" pour ce dictateur qui orchestre minutieusement sa communication. 

Il fait régulièrement l'actualité en Occident pour ses propos choquants. Le président tchétchène, Ramzan Khadyrov, a achevé d'indigner la communauté internationale quand il a déclaré, lors d'une interview donnée vendredi 15 juillet à une chaîne américaine, que les homosexuels étaient "le diable". Loin de constituer des dérapages, ces déclarations s'inscrivent dans le discours calibré de ce chef d'Etat, proche de Vladimir Poutine qui l'a installé au pouvoir en 2007. 

>> Bagarreur, bling-bling et fan de lions : Ramzan Kadyrov, l'ami du Kremlin qui persécute les homosexuels de Tchétchénie

Particulièrement vigilant à son image, il entretient, à coups de vidéos postées sur son compte Instagram, le culte de sa propre personnalité. 

Héritage ancestral et arts martiaux

Dans un pays où les médias sont cantonnés à partager la communication officielle du dictateur, sous peine de menaces, Ramzan Kadyrov maîtrise son image. Sur Instagram, il publie quotidiennement des vidéos, tantôt issues des chaînes officielles, tantôt tournées par lui-même. Sur certaines d'entre elles, il se pose en héritier et défenseur de la culture tchétchène, posant volontiers en tenue traditionnelle, jouant les guerriers, chevauchant dans les plaines, pendant que des drones filment la scène. Sur d'autres, il partage ses activités officielles ou sa vie privée, en se filmant à la salle de sport ou avec ses enfants.  

Mais, si le président tchétchène peut profiter du partage de vidéo sur internet, les habitants du pays sont quant à eux invités à la prudence sur les réseaux sociaux. Quiconque se montre critique à l'égard du président et de son action s'expose à une arrestation. En décembre 2015, une Tchétchène qui s'était plainte de son quotidien difficile, s'en prenant à Kadyrov, dans un message de deux minutes posté sur WhatsApp, a même été invité à la télévision nationale par le président. Objectif de l'opération : l'humilier publiquement, elle et son mari. Et couper toute envie à leurs concitoyens d'écorner le mythe Kadyrov. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.