VIDEO. Affaire Griveaux : Alexandra de Taddeo "ne portera pas plainte" contre son compagnon Piotr Pavlenski, affirme son avocate

Me Noémie Saidi-Cottier a expliqué qu'Alexandra de Taddeo s'était opposée à la diffusion des vidéos intimes par Piotr Pavlenski. La jeune femme "va s'exprimer", a ajouté son avocate.

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Alexandra de Taddeo, étudiante de 29 ans qui a reçu les vidéos intimes de Benjamin Griveaux, "n'est pas victime" et "ne portera pas plainte" contre son compagnon Piotr Pavlenski, a assuré son avocate Noémie Saidi-Cottier, lundi 24 février sur franceinfo.

>> Clef USB jetée dans les toilettes, enregistrement des vidéos... Ce qu'a dit Alexandra de Taddeo aux enquêteurs sur l'affaire Griveaux

Piotr Pavlenski a pris les vidéos de l'ancien candidat à la mairie de Paris sur l'ordinateur de la jeune femme pour les diffuser sans son consentement, après lui avoir dit qu'il projetait de les diffuser. "Elle s'était opposée" à cette diffusion, a indiqué Me Noémie Saidi-Cottier. "Donc elle avait considéré qu'il ne le ferait pas." Une fois qu'elle a constaté le vol de vidéos, "il y a eu entre eux une dispute, elle n'était pas contente, et puis finalement elle a compris son positionnement et elle le soutient dans sa démarche". L'avocate a précisé : "Je n'ai pas dit qu'elle était victime" dans cette affaire. "Elle ne portera pas plainte" contre Piotr Pavlenski.

Le site pornopolitique.com n'avait pas "été créé en vue de diffuser ces images"

L'objectif de Piotr Pavlenski était de dénoncer "l'hypocrisie" de Benjamin Griveaux via la diffusion d'images intimes via un site : pornopolitique.com. Mais Alexandra de Taddeo n'était pas au courant de tout, a indiqué son avocate. Elle "savait certaines des choses qu'il y avait sur ce site. Elle l'a dit clairement : elle a participé à un article du site Pornopolitique.com. Ce n'est pas un site qui a été créé en vue de diffuser ces images", précise Noémie Saidi-Cottier. Mais quand on lui demande l'utilité de ce site web, l'avocate ne sait cependant pas à quoi d'autre il pouvait servir : "Il faudra lui poser la question, elle l'expliquera", en désignant sa cliente.

"Je ne suis pas favorable à ce qu'on diffuse ce type d'images, et je crois que la vie privée doit être préservée", a affirmé Me Saidi-Cottier. "Simplement à mon sens, on oublie de dire aussi qu'une personne membre du gouvernement envoie à une jeune femme qu'il n'a vue qu'une fois, sur des réseaux qui appartiennent à des Américains. Alors qu'on a un poste très important, il faut se poser la question de la légèreté ou de l'imprudence de cette personne."

Alexandra de Taddeo se retrouve dans un tourment aujourd'hui, elle a conservé ces vidéos, mais elle ne les a pas demandées.

Noémie Saidi-Cottier

à franceinfo

À aucun moment, l'étudiante n'a tenté de se venger de Benjamin Griveaux, a rappelé son avocate. "Elle a gardé des images d'une relation qu'elle a eue avec quelqu'un. Il n'était pas question qu'elles soient diffusées d'une manière publique." Alexandra de Taddeo, lors de ses déclarations en garde à vue, a dit avoir conservé ces vidéos pour se préserver. "Elle avait envie de se protéger en pouvant démontrer qu'elle n'était pas allée chercher un homme politique marié", a répondu l'avocate.

Alexandra de Taddeo "va s'exprimer"

Quant aux soupçons d'autres vidéos que pourrait avoir Alexandra de Taddeo, Noémie Saidi-Cottier a expliqué qu'"elle a simplement expliqué aux enquêteurs avoir reçu d'autres vidéos. Elle ne compte pas les diffuser, elle ne les a pas avec elle. Elle n'est pas responsable de ce que dit Piotr Pavlenski". Alexandra de Taddeo "va s'exprimer", a confié son avocate. "Il est important qu'elle réponde sur beaucoup de choses qui ont été dites."

Depuis sa mise en examen, la femme de 29 ans a été placée sous contrôle judiciaire. Elle a interdiction de voir son compagnon ou d'autres protagonistes liées à cette affaire.

Noémie Saidi-Cottier, avocate d\'Alexandra de Taddeo, était l\'invitée de franceinfo lundi 24 février 2020.
Noémie Saidi-Cottier, avocate d'Alexandra de Taddeo, était l'invitée de franceinfo lundi 24 février 2020. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)