Russie : un rapport de la Ligue des droits de l'Homme critique Moscou

«Depuis le retour de Vladimir Poutine à la présidence pour un troisième mandat, en mai 2012, la situation de la société civile en Russie s'est considérablement détériorée», accuse la Ligue des droits de l'Homme dans un rapport, en date du 19 février 2013, publié sur son site internet.

François Hollande et Vladimir Pourtine à Moscou, le 28 février 2013.
François Hollande et Vladimir Pourtine à Moscou, le 28 février 2013. (ALEXANDER ZEMLIANICHENKO / POOL / AFP)
«La première visite en Russie de François Hollande aura lieu dans un contexte de durcissement considérable de la législation en Russie», affirmait la Ligue des droits de l'Homme avant le déplacement du président français à Moscou.

Dans son rapport, la LDH affirme que «le durcissement de la répression exercée à l’encontre des membres de l’opposition montre que la Russie n’est manifestement pas disposée à respecter les normes internationales relatives aux droits de l'Homme».

«Censure sur Internet»
L'organisation cite un certain nombre de faits à l'appui de ses accusations : une loi relative aux manifestations de nature à limiter ce droit, un texte relatif aux «financements étrangers», la «censure sur Internet», sans parler de la modification de la loi sur la «diffamation et la calomnie».

Le rapport donne aussi des exemples de «harcelement policier et judiciaire». «Les actes de répression font désormais partie du quotidien de la société russe», écrit la LDH

Par rapport aux rapports franco-russes, «la France doit faire preuve dans ses relations avec la Fédération de Russie de son engagement inébranlable pour les droits de l’Homme et l’Etat de droit», demande la LDH qui ajoute «les enjeux économiques et politiques ne doivent pas rendre aveugle face aux violations graves faites aux droits de l’Homme en Russie».

Jeudi 28 février, François Hollande affirmait devant des hommes d'affaires avant une rencontre avec Vladimir Poutine : «Nous pouvons avoir sur les questions des droits de l'homme ou des  principes de démocratie des observations mais nous avons par ailleurs une très bonne coopération culturelle, scientifique et un très haut niveau d'échanges.»