Russie : près de 1 400 personnes arrêtées lors d'une manifestation de l'opposition à Moscou

L'opposition russe avait appelé à manifester samedi dès 11 heures (heure locale) pour protester contre le rejet des candidatures de ses représentants aux élections locales du 8 septembre.

La police arrête un homme lors d\'une manifestation devant la mairie de Moscou (Russie), samedi 27 juillet 2019. 
La police arrête un homme lors d'une manifestation devant la mairie de Moscou (Russie), samedi 27 juillet 2019.  (KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP)

Les opposants au pouvoir se sont rassemblés devant la mairie de Moscou pour réclamer des élections libres, avant d'être embarqués par la police. Samedi 27 juillet, les autorités russes ont arrêté près de 1 400 personnes qui participaient à un rassemblement non autorisé, selon les chiffes du mouvement OVD-Info, qui répertorie les arrestations politiques. Selon lui, 1 373 personnes ont été arrêtées, soit le plus grand nombre d'arrestations depuis le mouvement de contestation de 2012 contre le retour au Kremlin de Vladimir Poutine.

L'opposition russe avait appelé à manifester dès 11 heures (heure locale) pour protester contre le rejet des candidatures de ses représentants aux élections locales du 8 septembre. Les autorités qui s'étaient justifiées en évoquant un nombre insuffisant de parrainages, un motif rejeté par l'opposition.

Sécurité renforcée à Moscou

Quelques heures avant le rassemblement, plusieurs opposants avaient également été arrêtés dont Dmitri Goudkov. Ce dernier avait affirmé vendredi que l'enjeu dépassait les élections locales : "Il s'agit de savoir si, dans la Russie d'aujourd'hui, il est possible de faire légalement de la politique", avait-il déclaré.

Les domiciles et permanences de plusieurs candidats exclus avaient été perquisitionnés par avance et, mercredi, l'opposant Alexeï Navalny avait été renvoyé en prison 30 jours pour des infractions "aux règles des manifestations".