Cet article date de plus de deux ans.

Russie : un membre des Pussy Riot hospitalisé dans un état grave, sa compagne soupçonne un empoisonnement

Il a été conduit à l'hôpital après avoir perdu l'usage de la vue et de la parole. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Piotr Verzilov, membre des Pussy Riot, s'exprime lors d'une conférence à Berlin, en Allemagne, le 5 mai 2015.  (BRITTA PEDERSEN / DPA)

Il faisait partie du groupe qui a envahi le terrain lors de la finale de la Coupe du monde en Russie, en juillet dernier. Piotr Verzilov est désormais hospitalisé dans un état grave au service de réanimation toxicologique d'un hôpital de Moscou. "Je n'exclus pas la possibilité qu'il y ait eu une intervention extérieure", a précisé sa compagne, également membre des Pussy Riot, Veronika Nikoulchina, évoquant la possibilité d'un empoisonnement. 

Selon elle, Piotr Verzilov a commencé à se sentir mal mardi soir, quelques heures après un procès où elle comparaissait pour désobéissance envers un policier et où il s'était déplacé pour la soutenir. Elle a précisé qu'il fallait attendre les résultats des examens médicaux. 

 "Il ne pouvait plus parler"

"Dans la soirée, il a commencé à se sentir mal. Il a perdu la vue, sa vue s'est obscurcie. On a mis ça sur le compte de la fatigue, mais c'est ensuite devenu pire, il ne pouvait plus parler, il ne me reconnaissait pas", a déclaré Veronika Nikoulchina, qui est aussi sa compagne, à la radio Echo Moskvy. 

Piotr Verzilov, qui avait écopé de quinze jours de prison pour l'intrusion sur la pelouse lors de la finale du Mondial, est le fondateur du site MediaZona, qui rend compte des procès des défenseurs des droits de l'homme. Récemment, il travaillait aussi sur un film avec Alexander Rastorgouïev, tué en août avec deux autres journalistes en Centrafrique alors qu'ils enquêtaient sur la présence dans ce pays d'Afrique centrale de mercenaires russes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pussy Riot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.