Près de 5 000 athlètes, 90 pays et une trentaine de sports : la Russie organise les Jeux des Brics, une compétition alternative aux Jeux olympiques

Les Brics rassemblent notamment le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine ou l'Afrique du Sud. La cérémonie d'ouverture de ces Jeux a lieu mercredi à Kazan, en Russie.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Les drapeaux de pays membres des Brics, le 24 août 2023 au sommet des Brics à Johannesbourg, en Afrique du Sud. (MARCO LONGARI / AFP)

La Russie ne sera pas présente aux JO de Paris 2024, hormis quelques rares athlètes sous bannière neutre en raison de l'exclusion du pays de la plupart des compétitions internationales. Cependant le régime de Vladimir Poutine ne renonce pas à exister sur la scène internationale, le sport ayant toujours été une affaire de pouvoir en Russie. Une démonstration en sera donnée à partir de mercredi 12 juin à Kazan, avec la cérémonie d'ouverture des Jeux des Brics, cet acronyme qui regroupe le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud. Ces Jeux devraient d'ailleurs réunir beaucoup plus de nations, mais peu de stars du sport mondial seront présentes à part les Russes. Pour autant, le pouvoir russe va tout de même tenter d'en faire une vitrine.

Près de 5 000 athlètes et 90 pays seront représentés dans une trentaine de sports. Pour le Kremlin, ces Jeux des Brics de Kazan sont l'occasion de montrer qu'il peut s'affranchir du "diktat" du Comité international olympique (CIO), comme l'a dit la presse russe mardi. Dans le détail, la réalité est moins brillante. Certains pays ne sont pas reconnus par la communauté internationale, d'autres n'auront qu'un représentant et aux côtés de la natation ou de l'athlétisme il y aura des disciplines plus baroques comme le rock acrobatique ou le kourach, une lutte d'Asie centrale.

Le CIO condamne ces Jeux

Mais l'objectif est ailleurs, comme l'explique le ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov. "Les Jeux sportifs des Brics sont conçus comme un complément au mouvement olympique, étant donné que ce mouvement se transforme en un instrument de la politique occidentale, estime-t-il. Les Jeux seront donc ouverts à tous les athlètes dans le respect de la charte olympique, et le CIO devra en tirer les leçons."

Le CIO a surtout condamné l'organisation d'événements sportifs à des fins politiques, comme ces Jeux des Brics, ou les Jeux de l'Amitié que Moscou veut organiser en septembre. Le CIO déconseille aux athlètes d'y participer. De fait, à Kazan cette semaine, il n'y aura que très peu d'athlètes de premier plan.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.