Cet article date de plus de quatre ans.

Manifestations anti-corruption en Russie : "On n'a jamais vu autant d'arrestations"

L'historienne Cécile Vaissié a affirmé sur franceinfo lundi qu'aucune manifestation en Russie n'avait engendré autant d'arrestations que celle de dimanche, contre la corruption. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Plusieurs centaines de manifestants ont été arrêtés à Moscou, le 26 mars 2017.  (? MAXIM SHEMETOV / REUTERS / X90156)

"On n'a jamais vu autant d'arrestations en Russie" lors d'une manifestation, a déclaré Cécile Vaissié, historienne et professeure en études russes et soviétiques à l'université Rennes 2, lundi 27 mars sur franceinfo. Certaines ONG parlent de plus d'un millier de manifestants interpellés dimanche 26 mars lors de manifestations anti-corruption à Moscou et dans plusieurs villes du pays.

L'historienne a précisé : "Jusqu'ici, la manifestation avec le plus d'interpellations avait eu lieu le 6 mai 2012" lors de l'élection de Vladimir Poutine à la présidence. "Les procès ont duré des années et certains [manifestants] ont été envoyés en camps [prison]. L'idée était d'intimider, et on craint un peu qu'ils recommencent" aujourd'hui, a-t-elle estimé.

franceinfo : Un millier de personnes ont été arrêtées dimanche, est-ce courant en Russie ?

Cécile Vaissié : Non, on n'a jamais vu autant d'arrestations en Russie. Jusqu'ici, la manifestation avec le plus d'interpellations avait eu lieu le 6 mai 2012, juste au moment de l'intronisation de Vladimir Poutine comme président après son élection [il était à l'époque Premier ministre de Dmitri Medvedev, ndlr]. Et encore, il y avait eu beaucoup moins d'interpellations. Mais les procès ont duré des années et certains ont été envoyés en camps [prison, ndlr]. L'idée était d'intimider, et on craint un peu qu'ils recommencent.

Alexeï Navalny est-il l'opposant principal de Vladimir Poutine ?

Je ne formulerais pas les choses comme ça. Pour être opposant à Vladimir Poutine, il faudrait pouvoir jouer selon les mêmes règles du jeu. Il faut avoir accès aux médias, accès aux élections à un niveau égal des autres. Ce n'est pas le cas pour Alexeï Navalny. Alexeï Navalny est charismatique, il touche des populations très différentes, mais il n'a jamais eu accès à une chaîne de grande audience. En revanche, il a créé ce mouvement de lutte contre la corruption, qui a explosé sous Vladimir Poutine. C'est un sujet qui touche une corde sensible. Il concerne tous les russes. Il est facile de mobiliser autour. Il fait des films où il décrit de façon argumentée et fondée. Des dizaines, des centaines de jeunes le rejoignent.

Les jeunes étaient nombreux dans la manifestation de dimanche. Le Kremlin affirme qu'ils ont été payés pour venir, est-ce vrai ?

C'est quelque chose que l'on a beaucoup entendu en 2011-2012 [époque des dernières grandes manifestations en Russie contre la corruption des élus et les fraudes électorales, juste après les élections législatives entachées de fraudes grossières, ndlr], où l'on disait que les manifestants étaient payés par le département d'État américain. C'est une idée très inquiétante : les dirigeants russes ne croient pas que leur jeunesse soit capable de faire quelque chose par conviction et par enthousiasme.

La vidéo d'Alexeï Navalny sur le patrimoine du Premier ministre Dmitri Medvedev a été vue 12 millions de fois sur Youtube, la lutte contre la corruption est-elle une porte d'entrée pour obtenir une alternance politique ?

La corruption est vraiment ce qui pourrit la Russie à tous les niveaux : médecine, éducation... Pour rentrer dans certains instituts, passer un examen, il faut payer, et je ne parle pas de la police de la route. La corruption est partout, et les Russes le voient. Comment des Russes se sont enrichis pour acheter des villas somptueuses sur la Côte d'Azur, en Italie ou en Suisse ? Par le détournement d'argent public. En Russie, on dit qu'un marché public ne vient pas sans une commission de 40% pour celui qui attribue le marché.

"Les dirigeants russes ne croient plus en leur jeunesse, c'est dramatique." Cécile Vaissié, historienne et professeure en études russes et soviétiques à franceinfo.
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Russie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.