Cet article date de plus de cinq ans.

Les députés PS demandent une commission d'enquête sur le financement russe du FN

La commission "sera installée lors de cette session" parlementaire qui s'achève en juin, a indiqué le député Razzy Hammadi. Les socialistes veulent analyser "les pratiques de financement du FN, après les législatives de 2012, par le biais de prêts d'origine russe".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une affiche du Front national pour les élections départementales à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), le 29 mars 2015. (AURÉLIEN MORISSARD / CITIZENSIDE / AFP)

Les parlementaires vont se pencher sur le financement russe du Front national. La demande des députés PS de créer une commission d'enquête sur ce dossier sera à l'ordre du jour de l'Assemblée "dans les prochaines semaines", ont indiqué les promoteurs de cette initiative, mercredi 8 avril. La commission "sera installée lors de cette session" parlementaire qui s'achève en juin, a indiqué le député Razzy Hammadi.

Des "prêts d'origine russe" après les législatives de 2012

Dans sa proposition de résolution, le groupe socialiste souhaite analyser "les pratiques de financement du Front national, après les législatives de 2012, par le biais de prêts d'origine russe" et proposer, le cas échéant, des modifications aux lois sur le financement de la vie politique.

Fin septembre, le FN a emprunté 9 millions d'euros auprès de la banque russe First Czech Russian Bank (FCRB). Le parti de Marine Le Pen a en effet affirmé qu'aucune banque française n'acceptait de lui prêter de l'argent. Selon Mediapart (article payant), l'association de financement Cotelec, présidée par Jean-Marie Le Pen, a également reçu le 18 avril 2014 2  millions d'euros de prêts d'une société chypriote alimentée par des fonds russes, utilisés dans le cadre du financement de la campagne des élections européennes du FN.

Les "relations ambiguës" du FN avec le pouvoir russe

Les députés PS estiment que "les conditions de ces prêts, les détails du remboursement" ainsi que "les relations ambiguës" des dirigeants du FN avec le pouvoir russe posent "la question du financement des partis par le biais de prêts étrangers et, ce faisant, de leur autonomie à l'égard de leur créancier". Le FN et sa présidente, Marine Le Pen, font régulièrement l'éloge de Vladimir Poutine et de sa politique, aussi bien en Russie qu'à l'international.

La loi interdit le financement des partis et des groupements politiques par les contributions ou aides matérielles d'un Etat étranger ou d'une personne morale de droit étranger. Cette interdiction s'applique également au financement des campagnes électorales.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.