"Les autorités russes bafouent systématiquement les droits des militants à l'approche du scrutin présidentiel", dénonce Amnesty International

Amnesty International affirme, jeudi, qu'à la veille de l'élection présidentielle en Russie, les autorités "privilégient l'incarcération arbitraire des dissidents".

Une manifestation d\'opposants en Russie, le 25 février, à l\'approche de l\'élection présidentielle.
Une manifestation d'opposants en Russie, le 25 février, à l'approche de l'élection présidentielle. (YURI KADOBNOV / AFP)

Amnesty International dénonce, jeudi 15 mars, dans un communiqué, "des arrestations et détentions arbitraires" qui viseraient "les militants qui réclament le boycott" du scrutin présidentiel en Russie dimanche prochain. "Les autorités russes bafouent systématiquement les droits des militants politiques (...) à l'approche du scrutin présidentiel", selon l'ONG.

Pour Denis Krivosheev, directeur adjoint du programme Europe de l'Est et Asie centrale à Amnesty International, "les autorités recourent à diverses méthodes, tout en privilégiant l'incarcération arbitraire des dissidents".

30 jours de détention administrative

Amnesty International cite en exemple Leonid Volkov, directeur de campagne de l'opposant Alexeï Navalny, condamné à trente jours de détention administrative pour "avoir soi-disant organisé un rassemblement non autorisé". L'ONG regrette que "selon la police, le rôle de Léonid Volkov (...) s'est limité à deux messages retweetés encourageant indirectement les citoyens à participer" au rassemblement.

Le communiqué de presse cite également Artiom Gontcharenko, membre d'un autre mouvement d'opposition, condamné à 25 jours de détention administrative pour "avoir placé un canard gonflable géant [symbole de l'opposition] à la fenêtre de son appartement lorsque le rassemblement passait". Denis Krivosheev demande à ce que ces détenus soient "libérés immédiatement et sans condition".