Après un premier échec, le vaisseau Soyouz transportant le robot russe Fedor s'est arrimé à l'ISS

Capable d'imiter les mouvements humains, Fedor aura pour fonction d'aider les cosmonautes à réaliser leurs tâches.

Le robot Fedor, à Baikonour (Kazakhstan), le 26 juillet 2019.
Le robot Fedor, à Baikonour (Kazakhstan), le 26 juillet 2019. (ROSCOSMOS SPACE AGENCY / AFP)

Le deuxième essai est le bon. Le vaisseau spatial Soyouz transportant le robot humanoïde russe Fedor s'est arrimé avec succès, mardi 27 août, à la Station spatiale internationale (ISS), après un premier essai infructueux pendant le week-end"Pardon pour le retard. Coincé dans les bouchons. Prêt à poursuivre le travail", peut-on lire (en russe) sur le compte Twitter créé pour le robot.

Fedor (acronyme de Final Experimental Demonstration Object Research) est un robot au corps anthropomorphe argenté qui mesure 1,80 m de haut et pèse 160 kg. Portant le numéro d'identification Skybot F850, il est le premier engin de ce type envoyé dans l'espace par la Russie. Capable d'imiter les mouvements humains, Fedor aura pour fonction d'aider les cosmonautes à réaliser leurs tâches sans pouvoir toutefois se déplacer librement dans la station.

Une défaillance dans l'ISS et non le Soyouz

La Nasa avait déclaré que le Soyouz de Fedor "n'avait pas pu se verrouiller" et "s'était éloigné à une distance de sécurité" de l'ISS, dans l'attente des directives des contrôleurs de vol russes. Selon Vladimir Soloviov, le responsable du segment russe de la station, le problème qui a empêché le premier arrimage était dans l'ISS et non dans le Soyouz. Il a mis en cause des "défaillances de l'équipement radio" qu'"il est possible de corriger".