La Russie suspend sa mission auprès de l'Otan et celle de l'Alliance atlantique à Moscou

En cause, le retrait début octobre par l'Alliance atlantique des accréditations de huit émissaires russes, accusés d'espionnage.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une voiture diplomatique à l'entrée du bâtiment de l'Otan à Moscou (Russie), le 18 octobre 2021. (DIMITAR DILKOFF / AFP)

Nouvelles tensions entre Moscou et les Occidentaux. La Russie a annoncé lundi 18 octobre qu'elle suspendrait sa mission de représentation auprès de l'Otan et celle de l'Otan à Moscou. La cause ? Le retrait début octobre par l'Alliance atlantique des accréditations de huit émissaires russes, accusés d'espionnage. La Russie reproche à l'Alliance son ambition de s'étendre jusqu'en Ukraine et en Géorgie. Elle considère que ces ex-républiques soviétiques situées à ses frontières appartiennent à sa sphère d'influence.

"A la suite de certaines mesures prises par l'Otan, les conditions de base pour un travail en commun ne sont plus là", a affirmé lundi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Il a également annoncé "mettre fin à l'activité du bureau d'information de l'Otan". Ce dernier est défini par l'Alliance comme ayant pour mission d'"améliorer la connaissance et la compréhension mutuelles".

Des tensions croissantes ces dernières années

Dans le détail, la Russie va suspendre indéfiniment sa mission à Bruxelles auprès de l'alliance militaire occidentale, ainsi que la mission de l'Otan accueillie par l'ambassade de Belgique à Moscou. Cette dernière a pour rôle d'assurer la liaison entre l'Alliance à Bruxelles et le ministère russe de la Défense.

Cette décision est une nouvelle illustration des tensions croissantes depuis plusieurs années entre la Russie et les Occidentaux : sanctions, expulsions croisées de diplomates, accusations d'ingérence électorale, d'espionnage et de cyberattaques attribuées à Moscou.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Russie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.