Cet article date de plus d'un an.

Haut-Karabakh : l'Arménie demande l'aide de la Russie pour assurer "sa sécurité"

Cette annonce intervient après l'échec de nouveaux pourparlers entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan pour instaurer un cessez-le-feu.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un soldat arménien, le 22 octobre 2020, pendant les combats entre les forces arméniennes et azerbaïdjanaises dans la région sécessionniste du Haut-Karabakh.  (ARIS MESSINIS / AFP)

Les tensions ne faiblissent pas dans le Haut-Karabakh, toujours en proie à la guerre. Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian a demandé samedi 31 octobre au président Vladimir Poutine d'entamer des consultations sur l'aide que pourrait fournir la Russie pour assurer la sécurité de son pays, en conflit avec l'Azerbaïdjan dans cette région montagneuse du Caucase peuplée d'ArméniensCette annonce est intervenue au lendemain de l'échec de nouveaux pourparlers entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan qui visaient à instaurer un cessez-le-feu.

"Le Premier ministre arménien a demandé au président russe d’entamer des consultations urgentes dans le but de déterminer la nature et la quantité de l'aide que la Fédération russe peut apporter à l'Arménie pour assurer sa sécurité", a indiqué le ministère des affaires étrangères arménien dans un communiqué. En réponse à cette demande, la Russie, qui dispose d'une base militaire en Arménie, a affirmé qu'elle était prête à fournir l'assistance "nécessaire" si les combats s'étendent au territoire arménien, a annoncé samedi le ministère russe des Affaires étrangères.

Le ministre arménien des Affaires étrangères, Zohrab Mnatsakanian, et son homologue azerbaïdjanais, Djeyhoun Baïramov, s'était rencontrés vendredi à Genève pour tenter, sans succès, de trouver une issue au conflit. La guerre dans le Haut-Karabakh a fait plus de 1 250 morts en un peu plus d'un mois. Jusqu'ici, trois tentatives de trêve ont volé en éclats.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Russie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.