Russie : l'opposant Alexeï Navalny confirme avoir été transféré dans une autre prison

L'établissement où il est désormais incarcé est situé à 250 km de Moscou. Cette prison est connue pour les mauvais traitements infligés à des détenus.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Photo du média d'Etat russe montrant Alexeï Navalny, lors de son procès à Pokrov (Russie), le 17 mai 2022. (ALEXEY MAISHEV / SPUTNIK / AFP)

L'opposant numéro 1 du président russe Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, a confirmé mercredi 15 juin son transfert dans une autre prison. Celle-ci est plus éloignée de Moscou que la précédente et elle est connue pour les mauvais traitements infligés à des détenus. "Bonjour à tous depuis la [prison] à régime sévère. Hier [mardi], j'ai été transféré au IK-6 'Melekhovo'", un établissement situé à environ 250 km à l'est de Moscou, a-t-il écrit sur Instagram.

>> RECIT. Comment Alexeï Navalny est devenu le symbole de l'opposition à Vladimir Poutine

Les avocats d'Alexeï Navalny avaient annoncé, mardi, avoir appris son transfert vers un autre établissement sans toutefois savoir lequel. Cela avait suscité l'inquiétude de ses proches et partisans. Cette prison, qui se trouve près de la ville de Vladimir, a fait l'objet de nombreuses enquêtes journalistiques sur des accusations de mauvais traitements infligés aux détenus. Une porte-parole d'Alexeï Navalny, Kira Iarmych, avait déclaré en mai que cette prison était l'"une des plus effrayantes de Russie", affirmant que "des détenus y sont torturés et tués".

Alexeï Navalny, 46 ans, était précédemment écroué dans la colonie de Pokrov, à 100 km de Moscou, déjà considérée comme une des plus dures de Russie. Ce déménagement carcéral est dû au fait qu'une peine de prison prononcée en mars contre Alexeï Navalny dans l'une des multiples affaires judiciaires le visant est entrée en vigueur, a expliqué mardi son avocate Olga Mikhaïlova.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Alexeï Navalny

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.