Cet article date de plus de neuf ans.

Russie : l'opposant Alexeï Navalny provisoirement libéré

Alexeï Navalny, avocat et opposant à Vladimir Poutine, a été placé sous liberté surveillée vendredi. Il a été condamné jeudi à 5 ans de camp et à un million de roubles d'amende pour détournement de fonds. Une décision qui vise probablement à apaiser ses partisans qui se sont mobilisés à Moscou jeudi soir.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Sergei Karpukhin Reuters)

Condamné jeudi à 5 ans de camp d'emprisonnement et à un million de roubles d'amende, Alexeï Navalny a été provisoirement libéré par le tribunal de Kirov vendredi matin. S'il reste soumis à des restrictions de déplacement, il va pouvoir attendre le résultat de son appel depuis son domicile de Moscou.

Une "vengeance politique "

Cet avocat et candidat à la mairie de Moscou avait été déclaré d'avoir organisé le vol de 16 millions de roubles (376.000 euros), dans une entreprise publique d'exploitation forestière en 2009, alors qu'il était à l'époque conseiller du gouverneur de la région. 

Jeudi, Alexeï Navalny a qualifié sa condamnation de "vengeance politique " puisqu'elle rend cet opposant de Vladimir Poutine inéligible alors qu'il avait fait part de son intention de se présenter à l'élection présidentielle de 2018.

Le parquet russe avait demandé au tribunal de Kirov que l'opposant soit laissé en liberté surveillée jusqu'à l'examen du verdict en appel. Il a été entendu, puisque Alexeï Navalny a donc été libéré vendredi matin.

Apaiser les partisans d'Alexeï Navalny

Avec cette décision, il semble que la justice russe a voulu lancé un signe d'apaisement aux partisans de l'avocat russe, qui se sont mobilisés jeudi soir à Moscou après l'énoncé du verdict.

La police a fait état de 2.500 manifestants, l'opposition de 10.000. Selon le site OVD-info (spécialisé dans les informations policières et judiciaires de source indépendante), 209 personnes ont été interpellées.

La plupart ont été libérées, et au moins une partie d'entre elles se sont vu dresser des procès-verbaux pour infraction à l'ordre public, passible de 15 jours d'arrêt et de jusqu'à 300.000 roubles d'amende (7.000 euros). Un manifestant a posté sur Twitter la photo de manifestants dans un fourgon de la police.

La Place Rouge évacuée

Anticipant la mobilisation de certains Moscovites, les forces anti-émeutes ont fait évacuer la Place Rouge et une place adjacente au prétexte de travaux, ce qui n'a pas empêché les protestataires d'occuper le coeur de Moscou comme le montre cette photo postée sur Twitter par une journaliste de la chaîne d'information Russia Today , proche du pouvoir :

Les forces anti-émeutes ont ensuite repoussé dans la soirée des manifestants qui avaient interrompu la circulation sur une artère du centre de Moscou. Beaucoup sont cependant restés sur place, près de la Douma - la chambre basse du Parlement - jusque tard dans la nuit.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.