Cet article date de plus de cinq ans.

Un eurodéputé de l'Ukip hospitalisé après une réunion agitée de son parti

Le parti souverainiste britannique est en proie à de vives tensions.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Steven Woolfe prononce un discours lors d'un meeting à Londres (Royaume-Uni), le 4 mars 2015. (LEON NEAL / AFP)

Steven Woolfe, eurodéputé du parti britannique Ukip, a été hospitalisé dans un état grave à Strasbourg (Bas-Rhin) après une "altercation" lors d'une réunion de sa formation, jeudi 6 octobre. "Je regrette profondément qu'à la suite d'une altercation qui s'est produite ce matin lors d'une réunion d'eurodéputés de l'Ukip, Steven Woolfe s'est effondré et a été hospitalisé, a indiqué Nigel Farage, chef de file de l'Ukip, dans un communiqué. Son état est grave".

Un eurodéputé du Ukip dans un état grave au Parlement de Strasbourg
ITN / EVN

De vives tensions au sein du parti souverainiste

L'eurodéputé a finalement publié un communiqué rassurant, un peu plus tard. "Le scanner n'a révélé aucun caillot de sang dans le cerveau. Je me sens plus enjoué, heureux et souriant que jamais", mentionne le texte, sans détailler les circonstances exactes de l'altercation. Selon les informations du Telegraph et du The Independent (en anglais), qui cite des participants, l'eurodéputé a été victime d'un coup asséné par un collègue de l'Ukip. Steven Woolfe va rester à l'hôpital toute la nuit, pour y observer des examens complémentaires.

L'altercation puis le malaise dont a été victime Steven Woolfe attestent les tensions qui secouent l'Ukip. Mardi soir, sa présidente, Diane James, a démissionné 18 jours seulement après avoir succédé à Nigel Farage. Steven Woolfe avait tenté de briguer la présidence du parti lors du congrès de Bournemouth, organisé en septembre, mais sa candidature, déposée trop tardivement, n'avait pas été retenue. Il avait alors dénoncé un "coup d'Etat".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Royaume-Uni

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.