Royaume-Uni : un tueur en série de chats sévit dans la banlieue sud de Londres

En deux ans, 400 victimes à quatre pattes ont été recensées par Snar dans le sud londonien. Une petite association de protection des animaux s'est lancée à la poursuite du tueur de chats.

Des chats de race british shorthair lors du Grand Prix Royal Canin, le 2 décembre 2017, à Moscou, en Russie.
Des chats de race british shorthair lors du Grand Prix Royal Canin, le 2 décembre 2017, à Moscou, en Russie. (NATALIA SELIVERSTOVA / SPUTNIK / AFP)

Tout commence en septembre 2015. Intrigués par une succession de décès suspects dans la banlieue sud de Londres, Tony Jenkins et Boudicca Rising, fondateurs d'une petite association de protection des animaux nommée Snarl, se mettent à enquêter. Ils contactent vétérinaires et propriétaires d'animaux, ébauchent une cartographie des crimes, recoupent les faits.

En l'espace de deux ans, ce sont 400 victimes animales qui ont été recensées par Snarl au Royaume-Uni. Il s'agit en majorité de chats, mais aussi de renards ou de lapins. Devant l'ampleur, l'affaire remonte aux oreilles de Scotland Yard, qui ouvre une enquête, de même que la Société royale de protection des animaux (RSPCA). "Le tueur en série de chats frappe encore", titre ainsi la BBC en janvier 2016, tandis que la thèse d'un psychopathe plonge dans l'effroi les propriétaires d'animaux.

"Repose en paix"

Sur Facebook, la page de Snarl devient une funèbre liste des victimes du "Croydon Cat Ripper", tel qu'il est parfois surnommé, en référence à la ville de la banlieue sud de Londres où il officie principalement. "Repose en paix", écrit par exemple un internaute à côté d'une photo de "Cody", un chat tigré. "Quant à l'ordure maléfique et malade qui a fait ça, puisses-tu pourrir en enfer !" écrit une autre internaute au sujet de la mort de son chat. 

La vie de Tony et Boudicca bascule à mesure qu'ils se transforment en duo d'enquêteurs. Ils découvrent avec stupeur que les cadavres décapités sont parfois mis en scène, disposés près d'une école ou d'un parc, voire sous les fenêtres de leurs propriétaires. S'il est dans un premier temps envisagé que les chats aient pu être victimes d'autres animaux, le doute ne semble plus permis.

"La police croit qu'une personne ou un groupe de personnes (...) sont responsables des morts et mutilations", dit Scotland Yard, tout en refusant, à ce stade, de commenter la thèse du "tueur en série". Signe de l'intérêt pour cette affaire qui mobilise des moyens d'une rare envergure pour des crimes d'animaux, l'Agence nationale de lutte contre le crime (NCA) est mise sur le coup, tandis que deux organisations, dont PETA, offrent une récompense à quiconque aidera à la capture du tueur.

Un portrait-robot de l'assassin de matous

Tony tente aussi, avec ses moyens, de le débusquer. "Mais c'est difficile", confie-t-il. "J'aimerais parfois que ce soit un peu plus comme dans Les Experts", série où les crimes sont résolus via des méthodes scientifiques. Exploitant chaque indice, soucieux de n'écarter aucune éventualité, il finit par tomber sur un revendeur de crânes d'animaux. Las, c'est une fausse piste : "C'est bizarre de faire ça, mais ce n'est pas vraiment illégal, et il les importait de Chine."

L'enquête a néanmoins permis de dresser un portrait-robot du tueur. Selon Snarl, il s'agirait d'un homme blanc d'une quarantaine d'années, d'environ 1m80, qui "a vraisemblablement grandi à Croydon". Un mystérieux criminel qui interpelle par ses talents de "dissecteur" et sa capacité à déjouer toute surveillance, souligne Vincent Egan, professeur en criminalistique à l'université de Nottingham.

Et s'il venait à s'en prendre aux humains ?

"Il doit être capable d'attirer l'animal, de le tuer sans être griffé, de le disséquer, de placer le corps dans un endroit où il peut être vu, et tout cela discrètement." Et alors que la liste de ses victimes ne cesse de s'allonger, une question se fait de plus en plus pressante : les chats ne sont-ils qu'une étape ? 

"On sait qu'il existe un lien entre les tueurs en série et des cas de violence contre des animaux", soulignait récemment Andy Collin, responsable de l'enquête policière, sur Sky News"L'hypothèse, c'est que ce tueur obtient une certaine forme de satisfaction [en tuant des chats]. La crainte, c'est qu'il finisse par ne plus l'obtenir. Et qu'il s'en prenne alors aux humains, et notamment aux femmes."