Royaume-Uni : seules 33 000 personnes ont fait grève en 2017, un record depuis 1891

Le Bureau de la statistique nationale britannique a enregistré en 2017 le nombre le plus faible de grèves et de grévistes depuis le premier recensement de ce type d'événement, il y a cent vingt-six ans, selon "Courrier International". 

Des pancartes sont brandies lors d\'une manifestation à Newcastle (Royaume-Uni), le 16 mars 2018.
Des pancartes sont brandies lors d'une manifestation à Newcastle (Royaume-Uni), le 16 mars 2018. (DAVID WHINHAM / CROWDSPARK / AFP)

Les Britanniques sont très peu descendus dans la rue en 2017. Quelque 33 000 personnes ont pris part à une grève au Royaume-Uni l'année dernière, contre 154 000 l'année précédente, "à des années-lumière du record historique de 1979, lorsque 4,6 millions de salariés avaient cessé le travail", rapporte, vendredi 1er juin, Courrier International

Le Bureau de la statistique nationale britannique a enregistré l’an dernier le nombre le plus faible de grèves (79 mouvements distincts) depuis 1891, date du premier recensement de ce type d’événement. "La moitié d’entre elles concernaient des revendications salariales, et les secteurs les plus touchés étaient ceux du transport et de la logistique", détaille l'hebdomadaire. A titre de comparaison, la France a connu 712 grèves en 2017, soit près de dix fois plus.

Un effet du Trade Union Act de 2016 ?

Interrogée par Morning Star, Hannah Reed, membre de l'équipe dirigeante du Trade Union Congress (TUC), assure que cette chute du nombre de grévistes est due au Trade Union Act de 2016, "qui restreint la capacité des travailleurs à défendre leur emploi, leur salaire et leurs conditions de travail". Selon cette loi, une grève ne peut avoir lieu dans une entreprise si moins de 50% des salariés se prononcent en sa faveur.