Royaume-Uni : le gouvernement veut gracier de manière posthume les hommes condamnés pour homosexualité

Des milliers d'hommes ont été condamnés avant 1967 pour atteintes aux bonnes moeurs ou "indécence" parce qu'ils étaient homosexuels. Parmi eux, Alan Turing, le mathématicien qui a permis de décoder les messages de l'armée allemande en 1941.

Le mathématicien Alan Turing, ici pris en photo à l\'école de Dorset (Royaume-Uni) en 1928, avait été condamné en 1952 à cause d\'une relation homosexuelle.
Le mathématicien Alan Turing, ici pris en photo à l'école de Dorset (Royaume-Uni) en 1928, avait été condamné en 1952 à cause d'une relation homosexuelle. (SHERBORNE SCHOOL / AFP)

L'homosexualité était considérée comme un crime au Royaume-Uni jusqu'en 1967. Avant cette date, des milliers d'hommes gays ont été condamnés pour atteinte aux bonnes mœurs ou "indécence". Des décisions sur lesquelles le gouvernement britannique veut aujourd'hui revenir. Un membre du cabinet de la Première ministre, Theresa May, a annoncé jeudi 22 septembre qu'une loi serait présentée devant le Parlement pour accorder le pardon officiel à ces hommes de façon posthume.

"Ce gouvernement s'engage à présenter des pardons posthumes aux personnes condamnées pour des crimes sexuels qui seraient innocentées de tout crime aujourd'hui", a expliqué un représentant du 10 Downing Street à Mashable (en anglais), sans préciser de date pour le texte de loi.

Une future "loi Alan Turing"

L'ancien Premier ministre britannique, Gordon Brown, avait présenté des excuses officielles à Alan Turing, en 2009, et l'avait réhabilité. Le mathématicien de génie, ancien de Cambridge, a permis aux renseignements britanniques de décrypter les messages codés de l'armée allemande (ceux de la fameuse machine Enigma) en 1941. Une prouesse qui, de l'avis de nombreux historiens, a donné un avantage important aux armées alliées. Or Alan Turing a été condamné en 1952 pour "indécence manifeste" en raison de sa relation avec un jeune homme de 19 ans. Le mathématicien est mort (il s'est apparemment suicidé) deux ans plus tard, après avoir été obligé de suivre un traitement aux hormones féminines dont le but était la castration chimique.

Sa famille milite aujourd'hui pour que le pardon officiel soit accordé à titre posthume à 49 000 hommes également condamnés pour atteinte aux bonnes mœurs à cause de leur homosexualité. Le parti conservateur avait inclus leur proposition dans son programme, en 2015. Le texte prévu par le gouvernement de Theresa May s'appellerait "loi Alan Turing", en hommage au mathématicien, père de l'informatique, selon Mashable.