Royaume-Uni : Boris Johnson remanie son gouvernement pour tourner la page de la pandémie et donner un second souffle à son mandat

Parmi les grands gagnants de ce remaniement, Liz Truss, qui succède à Dominic Raab au poste de ministre des Affaires étrangères. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le Premier ministre Boris Johnson, le 15 septembre 2021 à Londres (Royaume-Uni). (WIKTOR SZYMANOWICZ / NURPHOTO / AFP)

Le changement, c'est maintenant au Royaume-Uni. Après des semaines de rumeurs, le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a décidé de remanier son gouvernement mercredi 15 septembre pour former une "équipe unie" afin d'affronter l'après-pandémie et se relancer à un moment délicat.

Après un an et demi de crise du Covid-19 très douloureuse pour le Royaume-Uni, un départ d'Afghanistan très critiqué, et alors que le Brexit perturbe les approvisionnements du pays, le chef du gouvernement conservateur cherche un second souffle. Tour d'horizon de ce remaniement. 

Liz Truss

Jusqu'alors ministre du Commerce extérieur, Liz Truss, 46 ans, apparaît comme la grande gagnante du remaniement : elle accède au poste de ministre des Affaires étrangères, et remplace Dominic Raab.

Membre du gouvernement dès l'arrivée de Boris Johnson à Downing Street fin juillet 2019, elle a été chargée de nouer des accords de libre échange dans le monde, notamment en Asie, censés matérialiser la promesse d'un rayonnement du Royaume-Uni dans le monde après le Brexit. Mais certains de ses détracteurs soulignent que nombre d'entre eux ne font que réintroduire des avantages perdus avec la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Dominic Raab

Remplacé par Liz Truss à la tête de la diplomatie britannique, Dominic Raab paie sa gestion jugée chaotique de la crise en Afghanistan. Le ministre de 47 ans avait choisi de rester en vacances en Crète quand Kaboul est tombée aux mains des talibans.

Si Boris Johnson lui avait encore récemment affirmé son soutien, Dominic Raab a vu ses services accusés d'amateurisme, lorsque la presse a révélé que des documents identifiant des collaborateurs afghans avaient été laissés sur le sol de l'ambassade de Kaboul évacuée, ou encore que des milliers de mails concernant les évacuations étaient restés non lus.

Il hérite du poste de ministre de la Justice, en remplacement de Robert Buckland, remercié. Il devient également vice-Premier ministre.

Priti Patel

Décrite comme sur la sellette en raison de son incapacité à endiguer les arrivées illégales de migrants à travers la Manche, qui battent sans cesse des records, la ministre de l'Intérieur, Priti Patel, 49 ans, parvient à la surprise générale à conserver son poste. "Il y a encore tellement à faire pour le peuple britannique. Lutter contre l'immigration illégale, réduire la délinquance et continuer à maintenir notre grand pays", a-t-elle tweeté dans la foulée de l'annonce de son maintien.

Michael Gove

Jusqu'ici ministre d'Etat, un temps chargé des relations avec l'Union européenne après le Brexit, Michael Gove, 54 ans, est nommé au Logement, avec un portefeuille élargi. Celui-ci comporte le "nivellement par le haut" du pays, l'une des grandes promesses de Boris Johnson, mais qui tarde pour l'heure à se concrétiser. Il conserve la responsabilité de l'union des quatre nations, un dossier délicat face aux velléités d'indépendance en Ecosse.

Gavin Williamson

Mis en cause pour sa gestion de la crise du Covid-19 dans les écoles et le fiasco des examens, Gavin Williamson est remplacé par Nadhim Zahawi, chargé du programme de vaccination anti-Covid. Ajoutant à ses nombreuses gaffes, il s'était attiré la semaine dernière des réactions consternées après avoir confondu deux sportifs noirs, le footballeur Marcus Rashford et le rugbyman Maro Itoje.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Royaume-Uni

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.