Quand les renards envahissent les rues de Londres

Les rues de Londres (Royaume-Uni) sont une grande réserve d'animaux sauvages pour les renards. Ils y prolifèrent depuis quelques années, et certains se permettent de s'introduire dans les maisons.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Avec leurs grandes oreilles et leur museau pointu, ils ne passent pas inaperçus. Dès que la nuit tombe, les renards prennent possession des rues et font du centre-ville de Londres (Royaume-Uni), un territoire bien gardé. Rien ne semble perturber ces renards urbains, pas même la main tendue par l'homme.

L'un d'eux, baptisé Gaspard, rend régulièrement visite à un habitant sur le pas de sa porte, et va même jusqu'à prendre la pose avec lui. "En s'agrandissant, la ville de Londres s'est petit à petit étendue dans les campagnes et les renards ont du trouver leur place, ils sont très attachés à leur territoire. Il y a entre 30 et 35 renards par km2", explique l'habitant en question, soit entre 8 000 et 10 000 renards urbains à Londres.

Le nombre de renards multiplié par quatre en Angleterre

Dans le pays, leur nombre a été multiplié par quatre ces 20 dernières années. Ils se nourrissent des poubelles laissées sur les trottoirs, et se retrouvent même parfois perdus dans les bus ou chez les habitants. Une association est là pour les recueillir et les soigner, certains peuvent être atteints d'une forme de gale, non transmissible à l'homme. Mais certaines personnes font un business de leur disparition pour les habitants excédés. Pour éviter leur prolifération, les mairies de quartiers invitent les habitants à ne pas les nourrir. De simples recommandations qui, bien souvent, ne sont pas entendues.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les rues de Londres (Royaume-Uni) sont une grande réserve d\'animaux sauvages pour les renards. Ils y prolifèrent depuis quelques années, et certains se permettent de s\'introduire dans les maisons.
Les rues de Londres (Royaume-Uni) sont une grande réserve d'animaux sauvages pour les renards. Ils y prolifèrent depuis quelques années, et certains se permettent de s'introduire dans les maisons. (FRANCE 2)