Cet article date de plus de huit ans.

Quand Harry raconte l'Afghanistan

Le prince Harry vient de rentrer d'une mission de cinq mois en Afghanistan. Et, s'il a été amené à tirer, il assure que ce n'était pas le quotidien. Bien qu'encadré par des gardes du corps, il ne considère pas avoir eu un régime de faveur. Les interviews ont été réalisées durant son séjour, mais leur diffusion a été retardée pour garantir la sécurité du prince.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le prince Harry photographié à bord d'un hélicoptère Apache, le 2 novembre 2012 en Afghanistan. (AFP)

Dans l'armée britannique, il est le capitaine Wales, copilote et artilleur d'un hélicoptère de combat Apache. L'essentiel de ses missions a été, selon ses propos, d'assurer l'escorte des évacuations sanitaires. 
 
Durant cinq mois, il a effectué des vols depuis la base de Camp Bastion, dans l'Helmand, une province du sud de l'Afghanistan où les rebelles islamistes sont très actifs. D'ailleurs, en septembre 2012, les talibans avaient menacé de l'enlever.
En 2007, Le prince Harry avait déjà effectué un séjour de dix semaines en Afghanistan. Son frère, le prince William, héritier du trône, n'a pas eu l'autorisation de servir en Afghanistan par mesure de sécurité.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Royaume-Uni

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.