Près de 150 lettres du père de l'informatique Alan Turing retrouvées à l'université de Manchester

Le mathématicien a écrit ces lettres entre 1949 et sa mort, en 1954. Elles dévoilent peu de choses sur sa vie personnelle, mais beaucoup sur son travail de chercheur. 

Un carnet du mathématicien et pionnier de l\'informatique Alan Turing, présenté à Hong Kong le 19 mars 2015. 
Un carnet du mathématicien et pionnier de l'informatique Alan Turing, présenté à Hong Kong le 19 mars 2015.  (BOBBY YIP / REUTERS)

Elles disent peu de l'homme, mais beaucoup de son travail de chercheur. Près de 150 lettres écrites par le mathématicien Alan Turing, père de l'ordinateur et décrypteur du code nazi Enigma, ont été découvertes par hasard dans une armoire de classement à l'université de Manchester (Royaume-Uni), a rapporté le quotidien britannique The Guardian (lien en anglais), dimanche 27 août. 

Génie de l'informatique, Alan Turing a travaillé à l'université de Manchester dès 1948, en tant que directeur adjoint du laboratoire de calcul. La correspondance du mathématicien a été découverte par Jim Miles, un professeur de l'école d'informatique de l'université. Il y a retrouvé des invitations à des conférences ou encore des participations à des programmes de radio. 

"Cela nous donne un aperçu très intéressant de son travail et de sa vie universitaire à Manchester, a réagi James Peters, archiviste de l'université, auprès du Guardian. C'est une découverte unique. Les archives concernant Alan Turing sont extrêmement rares." 

"Je déteste l'Amérique" 

La correspondance dévoile plusieurs éléments sur le travail universitaire d'Alan Turing, notamment ses découvertes en mathématiques, informatique et intelligence artificielle. Jim Miles a notamment retrouvé la préparation d'une participation à un programme radio de la BBC, "Les machines peuvent-elles penser ?", datant de juillet 1951. 

Ces lettres mettent aussi en lumière les nombreuses invitations d'Alan Turing à des conférences dans les plus prestigieuses universités américaines. Invité à prendre la parole lors d'une conférence aux Etats-Unis en 1953, le mathématicien a répondu : "Je n'aimerais pas le voyage, et je déteste l'Amérique", dévoile le Guardian

Aucune lettre personnelle

Comme le précise Le Monde, ces lettres ne disent cependant rien de la vie et des difficultés personnelles du mathématicien britannique. Homosexuel, Alan Turing a été condamné pour son orientation sexuelle en 1952, et a dû suivre un traitement hormonal. Il s'est suicidé en avalant une pomme imprégnée de cyanure, le 7 juin 1954. "Il n'y a pas de lettres de membres de sa famille" dans la correspondance découverte, a précisé James Peters. 

Les lettres dévoilent également très peu d'éléments sur son travail de décryptage du code nazi Enigma pendant la seconde guerre mondiale. Comme le précise l'université de Manchester, ce travail était encore confidentiel dans les années 1950 au Royaume-Uni. 

Le pionnier de l'informatique et de l'intelligence artificielle a reçu les excuses du gouvernement britannique en 2009, plus de cinquante ans après sa mort. Alan Turing s'est vu accorder un pardon royal quatre ans plus tard, en 2013.