Londres : des taxis ruinés par la crise sanitaire

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Coronavirus : la ruine des taxis londoniens
Article rédigé par
M. Boisseau, N. Boothby, C. Madini - France 2
France Télévisions

Les taxis londoniens ont fortement réduit leur activité à cause de la pandémie de coronavirus, faute de clients. Les chauffeurs sont obligés d’abandonner leur "cab" de location. 

Sur un parking de la périphérie de Londres (Royaume-Uni) gisent 180 taxis, symboles d’une ville, abandonnés comme des milliers d’autres à travers la capitale. Les chauffeurs qui les louaient les ont laissé tomber et ont mis fin à leur contrat. Jamais les mythiques "cab" n’avaient connu de crise comme celle de 2020. "Normalement, près de Buckingham Palace, à cette heure-là, il devrait y avoir des milliers de touristes", déplore Steve McNamara, chauffeur depuis 35 ans, interrogé par France Télévisions vendredi 11 décembre. 

Des chauffeurs de taxi en faillite

Il roule de temps en temps, mais huit chauffeurs sur dix de son syndicat ne prennent plus le volant, faute de clients. "Certains membres sont en faillite et risquent la saisie de leur maison à cause des emprunts qu’ils ont contractés. Certains ne peuvent même plus nourrir leur famille", souffle Steve McNamara. La crise frappe au pire moment, alors que le secteur venait de se convertir à l’électrique et que les chefs d’entreprise ont fait de lourds investissements.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Royaume-Uni

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.