Cet article date de plus de sept ans.

Royaume-Uni : la Chambre haute britannique déborde de lords

La chambre haute britannique compte 840 membres, alors que le Palais de Westminster, ne compte que 400 places. Une surpopulation liée aux nombreuses nominations, à vie, réalisées par les différents Premiers ministres.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Chambre des lords, le 8 mai 2013, à Londres (Royaume-Uni).  ( AFP )

Si tous ceux qui ont le droit de siéger à la Chambre des lords décidaient de s'y rendre en même temps, la scène donnerait lieu à une situation cocasse. En effet, comme l'explique Libération, la chambre haute britannique compte aujourd'hui 840 membres, alors que le lieu où ils se réunissent, au Palais de Westminster, ne compte que 400 places. Or, la situation pourrait encore se compliquer à l'issue des législatives 2015. Si c'est le travailliste Ed Miliband qui est élu Premier ministre à la place de David Cameron, il pourrait être tenté de nommer de nouveaux lords pour rééquilibrer sa composition. Le hic : ces derniers ne sont pas élus, mais nommés à vie. 

Ces dix dernières années, la Chambre des lords a déjà vu son effectif enfler à un rythme effréné, avec 132 nominations décidées par le locataire du 10, Downing Street, seul habilité à le faire. David Cameron est, pour l'heure, le recordman de la discipline avec 40 lords nommés chaque année depuis 2010. Son prédécesseur Gordon Brown, n'en avait nommés que 12, Margaret Thatcher 18 et Tony Blair 37.

Un "système corrompu"

Aujourd'hui, selon The Independent, "le bureau politique chinois est la seule assemblée législative plus peuplée" que la Chambre des lords. Une étude du think tank Constitution Unit prévoit qu'à ce rythme, il pourrait y avoir 2 200 lords en 2025.

Au-delà d'un problème de place, le trop grand nombre de membres de la chambre haute pose un problème constitutionnel au Royaume-Uni. Car si les effectifs augmentent régulièrement, c'est parce que le Premier ministre cherche à rééquilibrer la composition politique de la vénérable assemblée. Une pratique dénoncée comme soutenant un "système corrompu", selon The Guardian (en anglais), qui appelle le futur Premier ministre à le "mettre à la poubelle".

Une promesse de réforme jamais tenue

Depuis plus d'un siècle, une réforme du système de nominations a été proposée à de multiples reprises, et même promise lors de plusieurs campagnes, sans jamais voir le jour. Son objectif :  limiter le nombre de lords et leur élection. 

Une situation qui inquiète même les actuels dépositaires de la noble charge, certains craignant de voir l'institution "s'effondrer sous son propre poids".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Législatives britanniques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.