Jubilé de la reine : des boutiques de souvenirs aux artisans de la couronne, le juteux business de la monarchie britannique

Publié
Jubilé de la reine : des boutiques de souvenirs aux artisans de la couronne, le juteux business de la monarchie britannique
Article rédigé par
M.Boisseau, M.Septembre, C.Madini, C.Dubrul, L.Soudre, N.Boothby - France 2
France Télévisions

Durant toute cette semaine du lundi 30 mai, France Télévisions dévoile les coulisses du jubilé de la reine, qui aura lieu jeudi 2 juin. Au Royaume-Uni, tout le monde s'y prépare, y compris les artisans. Car au Royaume-Uni, nul ne fait davantage vendre qu'Elizabeth II. 

En 70 ans de règne, Elizabeth II est également devenue une marque. Partout dans Londres (Royaume-Uni), des boutiques vendent une impressionnante série d'objets à son effigie, que les touristes s'arrachent. Si la reine ne perçoit rien sur les ventes, la famille royale a ses propres boutiques, aux collections plus chères, et de fabrication souvent britannique. Pamela Harper, présidente de Halcyon Days, dirige un petit atelier à Stoke-on-Trent (Royaume-Uni). C'est ici que la vaisselle la plus prisée du pays est conçue, grâce à un savoir-faire traditionnel. "C'est une opération très manuelle. Je dis souvent que c'est un peu comme faire de la pâte à pizza", explique-t-elle.

Un savoir-faire exceptionnel

Chaque pièce demande plusieurs jours de travail. La porcelaine de Stoke-on-Trent se distingue par sa douceur au toucher et la qualité de ses finitions. Il faut compter 410 euros pour une théière, et 170 euros pour une assiette. Ces prix élevés doivent notamment permettre de soutenir l'artisanat britannique de luxe, qui résiste difficilement aux fermetures et aux délocalisations. Des jubilés aux mariages, les grands événements de la famille royale nourrissent l'économie britannique. Alors, de très nombreux commerçants jouent le jeu à fond. L'hôtel Taj St James, à Londres, propose ainsi des pâtisseries en hommage à la couronne. En 2012, le jubilé de diamant avait rapporté 145 millions d'euros, rien que dans la capitale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.