Royaume-Uni : l'homme empoisonné au Novitchok a repris conscience

"Nous avons constaté une amélioration légère mais significative de l'état de Charlie Rowley", a annoncé, mardi, l'hôpital de Salisbury.

Des ambulances sont garées devant les urgences de l\'hôpital de Salisbury (Royaume-Uni), le 6 mars 2018.
Des ambulances sont garées devant les urgences de l'hôpital de Salisbury (Royaume-Uni), le 6 mars 2018. (TOBY MELVILLE / REUTERS)

Dix jours après son hospitalisation, son état s'améliore. Le Britannique Charlie Rowley, 45 ans, pris en charge dans un état critique après avoir été exposé à l'agent innervant Novitchok, a repris conscience, a annoncé, mardi 10 juillet, l'hôpital de Salisbury (Royaume-Uni).

"Nous avons constaté une amélioration légère mais significative de l'état de Charlie Rowley. Il est dans un état critique mais stable et est désormais conscient, selon l'établissement. Bien que ce soit une bonne nouvelle, nous ne sommes pas encore tirés d'affaire. Charlie est encore très malade et a besoin de soins spécialisés 24 heures sur 24 ici à l'hôpital de Salisbury."

Un empoisonnement toujours inexpliqué

Ce nouveau bilan intervient deux jours après l'annonce de la mort de la compagne de Charlie Rowley, Dawn Sturgess, elle aussi empoisonnée au Novitchok. La police cherchait toujours à découvrir, mardi, "quand et où" le couple d'anciens sans-abri avait été exposé à "une forte dose" de Novitchok, possiblement après avoir manipulé un objet contaminé. Elle passait au peigne fin plusieurs endroits qu'il avait fréquentés, à Salisbury et dans la ville voisine d'Amesbury, où Charlie Rowley avait un appartement.