Cet article date de plus de quatre ans.

En Angleterre, une jeune femme défie d'un sourire un militant d'extrême droite (et devient une icône)

Lors d'une manifestation de militants de l'English Defence League, Saffiyah Khan a confronté l'un d'eux avec un sourire. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une Britannique (à gauche) défie un militant d'extrême droite, le 8 avril 2017, à Birmingham (Angleterre).  (JOE GIDDENS / AP / SIPA)

Elle s'appelle Saffiyah Khan et la ville de Birmingham (Angleterre) n'est pas prête d'oublier son air effronté, devenu le symbole de la résistance à l'extrême droite. Mains dans les poches et sourire aux lèvres, cette jeune femme britannique a défié pacifiquement un membre de l'English Defence League (EDL), samedi 8 avril, lors d'une manifestation de ce groupe d'extrême droite organisée pour réagir à l'attaque terroriste contre le Parlement britannique

Le cliché de leur confrontation, posté sur Twitter par une députée britannique, a depuis été retweeté ou aimé plus de 28 000 fois. Il faut dire que l'image est puissante. Face à la jeune femme imperturbable, le militant adopte une attitude visiblement agressive et semble même être retenu par un policier. 

"Il a mis son doigt sur mon visage"

Interrogée par le site Buzzfeed (en anglais), Saffiyah Khan, habitante de Birmingham, explique s'être rendue à la manifestation des militants de l'EDL "pour montrer mon soutien aux personnes qu'ils harcèlent et agressent". Elle ne s'est décidée à agir que lorsqu'une femme musulmane, portant un hijab, s'est retrouvée encerclée par des membres de l'EDL. Selon elle, la femme était "très intimidée" et les militants lui lançaient qu'elle "n'était pas britannique".

"Je n'aime pas voir des gens se liguer contre quelqu'un dans ma ville, renchérit Saffiyah Khan auprès de la BBC (en anglais)Je me suis avancée et je leur ai dit que je la soutenais et que je n'étais pas d'accord avec eux." Les manifestants se sont alors rassemblés autour de Saffiyah Khan, dont le militant présent sur la photo. "Il a mis son doigt sur mon visage. C'était très agressif. (...) Je n'aurais jamais réagi violemment", raconte encore la jeune femme, en précisant n'avoir "pas été le moins du monde intimidée".

Son attitude fière a en tout cas fait mouche. Le cliché a ainsi été partagé à de nombreuses reprises sur Twitter. Il a même été qualifié de "photo de la semaine" par le journaliste et animateur britannique Piers Morgan, sur le réseau social

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Royaume-Uni

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.