Ex-espion empoisonné : le Royaume-Uni "a fait le choix de la confrontation", dénonce la Russie

"Il n'y a pas d'autre conclusion que celle selon laquelle l'État russe est coupable de la tentative de meurtre", a déclaré la Première ministre britannique, Theresa May, ce mercredi.

L\'ambassade de Russie à Londres (Royaume-Uni), le 8 février 2018.
L'ambassade de Russie à Londres (Royaume-Uni), le 8 février 2018. (ALEX MCNAUGHTON / SPUTNIK / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le ton continue de monter entre Londres et Moscou. La Première ministre britannique Theresa May a annoncé, mercredi 14 mars, un éventail de sanctions contre la Russie, dix jours après l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal et de sa fille. "Il n'y a pas d'autre conclusion que celle selon laquelle l'État russe est coupable de la tentative de meurtre", a déclaré Theresa May. 

Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été victimes d'une attaque avec un agent innervant militaire à Salisbury, dans le sud-ouest de l'Angleterre, le 4 mars. Ils sont toujours hospitalisés dans un état critique.

La Russie "coupable" pour Theresa May. Vingt-trois diplomates expulsés, boycott partiel de la Coupe du monde de football et "suspension des contacts bilatéraux" avec Moscou : la Première ministre britannique a prononcé, mercredi 14 mars, un discours offensif devant le Parlement.

Une attitude "hostile", d'après la Russie. L'ambassade de Russie à Londres a immédiatement dénoncé une réponse "hostile", "inacceptable" et "injustifiée" du Royaume-Uni à l'encontre de Moscou. "Le gouvernement britannique a fait le choix de la confrontation avec la Russie", a dénoncé le ministère des Affaires étrangères russe dans un communiqué. "Bien évidemment, nos mesures de riposte ne se feront pas attendre", a-t-il ajouté.

 Une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU. Cette session publique, prévue à 20 heures, heure de Paris, se tient à la demande du Royaume-Uni. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #SKRIPAL

23h53 : La présidence américaine soutient la décision britannique d'expulser des diplomates russes en représailles. Elle dit aussi qu'elle est du même avis que Londres quant à la responsabilité de Moscou dans l'empoisonnement de l'ancien agent double russe en Angleterre.

23h51 : Le soutien des Etats-Unis à la Grande-Bretagne face à la Russie est on ne peut plus clair. Dans un communiqué, la Maison Blanche écrit que l'attaque à l'agent innervant pour empoisonner l'ex-espion russe Sergueï Skripal correspond au mode opératoire de la Russie.

22h11 : "Dans les heures qui viennent, la France sera au plus haut niveau en contact avec les autorités britanniques pour coordonner notre réponse."

Le chef de la diplomatie française a tenu un point de presse commun avec son nouvel homologue allemand Heiko Maas ce soir.

21h45 : Le correspondant de RTL à New York résume l'intervention de l'ambassadeur russe aux Nations unies ce soir au Conseil de sécurité. Le diplomate n'a pas mâché ses mots contre ses homologues britanniques et américains. Il a même évoqué Sherlock Holmes.

21h29 : L'ambassadeur russe à l'ONU demande devant le Conseil de sécurité qu'"une preuve matérielle soit fournie" de la responsabilité de la Russie dans l'empoisonnement de l'ancien espion russe Sergueï Skripal en Grande-Bretagne.

21h08 : L'ambassadeur français à l'ONU réaffirme, ce soir devant le Conseil de sécurité, "la totale solidarité de la France" à l'égard du Royaume-Uni.

21h02 : A son tour, l'ambassadrice américaine à l'ONU dénonce l'empoisonnement de l'ancien agent russe Sergueï Skripal et de sa fille comme une "tentative d'assassinat", un "crime de la Russie".

20h57 : Le compte Twitter de l'ambassade de Grande-Bretagne aux Nations unies rend compte de l'intervention de son ambassadeur ce soir au Conseil de sécurité. Il accuse à nouveau la Russie d'être "responsable" de l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal. Il dénonce une "violation" de la charte de l'ONU sur les armes chimiques.

20h53 : Avez-vous un liens pour suivre les déclarations des Nations unies concernant le Royaume-Uni et la Russie ?

21h09 : Bonsoir @mazthieu, nous allons suivre dans ce live le début de ces discussions au Conseil de sécurité de l'ONU sur l'empoisonnement d'un ancien agent double russe au Royaume-Uni, et la crise diplomatique qu'il provoque.

17h23 : "La Russie a malheureusement une histoire de ces tentatives d'assassinat contre des gens qu'ils considèrent comme des traîtres", estime l’ambassadeur britannique Edward Llewellyn sur franceinfo. Buzzfeed avait notamment publié l'an dernier une enquête (en anglais) sur 14 morts suspectes de Russes au Royaume-Uni. L'ambassadeur regrette que Moscou ait traité les demandes d'explication de Londres "avec sarcasme et dédain".

17h14 : "Le gouvernement britannique a fait le choix de la confrontation avec la Russie", a estimé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué, assurant que la Russie était pourtant "prête" à coopérer.

17h15 : "Nos mesures de riposte ne se feront pas attendre", réagit Moscou après les sanctions britanniques liées à l'empoisonnement d'un ex-espion et de sa fille au Royaume-Uni.

17h14 : L'ambassadeur britannique en France, Edward Llewellyn, est invité sur franceinfo après l'annonce des sanctions du Royaume-Uni contre Moscou. Regardez son interview en direct.

16h44 : Ils sont toujours hospitalisés dans un état critique, et ce depuis qu'ils ont été découverts il y a dix jours. Un policier qui était intervenu sur place reste lui aussi dans un état grave.

16h42 : Londres a mis en garde les Britanniques qui voudraient se rendre en Russie du risque de réactions hostiles, après l'annonce de sanctions contre Moscou liées à cet empoisonnement. Il leur est aussi conseillé d'"éviter de commenter publiquement les derniers développements politiques".

16h43 : L'enquête sur l'empoisonnement de l'ex-espion Sergueï Skirpal et de sa fille se poursuit. Des membres des forces de l'ordre portant des combinaisons protectrices ont enlevé un véhicule à Gillingham, à près de 200 km de Salisbury (la ville où les deux victimes ont été retrouvées). Selon le Daily Mail, il s'agirait d'une dépanneuse qui pourrait avoir transporté la voiture de Sergueï Skripal, et avoir été contaminée par l'agent innervant. De quoi impressionner les riverains.





(Adrian DENNIS / AFP)

16h02 : Alors que le Royaume-Uni a annoncé des sanctions contre la Russie, l'ambassadeur britannique en France sera en direct sur franceinfo, à 17h10, pour évoquer l'affaire de l'empoisonnement de l'ex-espion Sergueï Skirpal et de sa fille.

15h03 : L'ambassade russe au Royaume-Uni a déjà répondu aux sanctions britannique dans un communiqué. "Nous considérons cette action hostile inacceptable, injustifiée et de courte vue, écrit-elle. Toute la responsabilité de la détérioration des relations entre la Russie et le Royaume-uni est le fait des dirigeants britanniques actuels."

14h41 : "Beaucoup d'entre nous ont tourné leurs regards avec espoir vers la Russie post-soviétique. Nous voulions une meilleure relation et il est tragique que le président Poutine ait choisi de suivre cette voie."


Theresa May, qui s'exprimait devant les députés britanniques, a directement ciblé le président russe. Par ailleurs, l'Otan a dénoncé l'empoisonnement de Sergueï Srkipal et de sa fille comme "une violation flagrante des normes et accords internationaux", et sommé Moscou de répondre à Londres.




(HO / PRU / AFP)

14h00 : L'annonce est symbolique mais Theresa May assure également qu'aucun membre du gouvernement ou de la famille royale ne se rendra en Russie, cet été, pour la Coupe du monde de football.

13h55 : "Il n'y a pas d'autre conclusion" possible, selon la Première ministre britannique, qui a durci le ton par rapport à lundi. Elle jugeait alors que la responsabilité russe était "hautement probable", et laissait ouverte la possibilité "d'une perte de contrôle du gouvernement russe d'un agent innervant potentiellement dévastateur."

13h52 : Theresa May qualifie la Russie de "coupable" de l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille.

13h51 : La Première ministre britannique Theresa May annonce la suspension des contacts bilatéraux avec la Russie et l'expulsion de 23 diplomates russes.

13h13 : Le président du Conseil européen s'est joint aux soutiens de Londres dans cette affaire en estimant que l'empoisonnement de Sergueï Skripal et sa fille était une "attaque brutale inspirée, très probablement, par Moscou". Il s'est déclaré prêt à mettre cette crise diplomatique à l'ordre du jour du sommet européen prévu la semaine prochaine à Bruxelles.

13h10 : Le Conseil de sécurité de l'ONU tiendra une réunion d'urgence, ce soir à 20 heures, à la demande du Royaume-Uni, au sujet de l'empoisonnement de l'ex-espion Sergueï Skripal.

10h10 : "J’ai lavé toutes mes affaires car mes parents étaient paniqués."

L'affaire de l'empoisonnement d'un ex-espion russe continue de faire grand bruit en Grande Bretagne. Notre journaliste Philippe Randé s'est rendu à Salisbury, la petite ville où Sergueï Skipral a été empoisonné, et a rencontré des habitants. Voici son reportage.




(PHILIPPE RANDE / RADIOFRANCE)