Cet article date de plus de quatre ans.

Corruption, conflits d'intérêt et prince Harry... Le sélectionneur de l'Angleterre piégé par des journalistes

Lors d'une enquête sur la corruption dans le football britannique, les journalistes du Telegraph ont piégé Sam Allardyce en caméra cachée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le sélectionneur de l'Angleterre, Sam Allardyce, le 25 juillet 2016. (OLI SCARFF / AFP)

"Le sélectionneur de l'Angleterre est à vendre". Sam Allardyce a été pris la main dans le sac en train de vendre son influence pour contourner les règles de la fédération anglaise de football, dans une vidéo filmée à son insu par des journalistes du Telegraph, a révélé lundi 26 septembre le quotidien britannique.

Sur cette vidéo, Allardyce, nommé sélectionneur des "Trois Lions" en juin dernier, explique à ce qu'il croit être un groupe représentant les intérêts d'investisseurs asiatiques comment il est possible de "contourner" les règles de la FA notamment en matière de tierce propriété (TPO). Mais les hommes sont en réalité des journalistes infiltrés du Daily Telegraph, enquêtant sur la corruption dans le football anglais.

"Harry est un vilain garçon"

Pis, Allardyce, 61 ans, accepte de se rendre à Singapour et à Hong Kong afin de monnayer ses conseils pour une somme de 400 000 livres sterling (environ 461 000 euros). Au cours de cette discussion, l'ancien coach de Bolton s'est également moqué de son prédécesseur Roy Hodgson, qui a quitté son poste après la piteuse élimination contre l'Islande à l'Euro, le jugeant "trop indécis" dans sa gestion de la compétition.

Il a aussi égratigné sa fédération, avec qui il a signé un contrat de deux ans, qui a "dépensé 870 millions de livres (environ un milliard d'euros) de manière stupide" pour reconstruire le stade de Wembley, ainsi que son président, le Prince William, qui n'a pas assisté la semaine dernière à un événement à Londres concernant l'Euro-2020. Son frère, Harry, n'est pas épargné.

Harry est un vilain garçon. Un très, très vilain garçon. Il montre ses fesses et toutes sortes de choses

Sam Allardyce

au Telegraph

Dans un communiqué transmis au Telegraph, la FA a demandé au quotidien de lui "fournir tous les éléments en lien avec cette affaire". Allardyce n'a pas souhaité réagir. Selon les médias britanniques, la FA est en train de faire son enquête sur cette histoire. Pour son premier match officiel avec l'Angleterre, comptant pour les éliminatoires du Mondial 2018, Allardyce avait réussi ses débuts contre la Slovaquie (1-0). Il est censé être sur le banc anglais lors de la prochaine rencontre contre Malte, le 8 octobre prochain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.