Attaque à Londres : qui sont les victimes ?

Au total, quatre personnes sont mortes et une cinquantaine ont été blessées, dont 31 ont été hospitalisées.

Une femme vient en aide à une personne blessée lors de l\'attaque à Londres (Royaume-Uni), le 22 mars 2017. 
Une femme vient en aide à une personne blessée lors de l'attaque à Londres (Royaume-Uni), le 22 mars 2017.  (TOBY MELVILLE / REUTERS)

C'est l'attaque la plus meurtrière au Royaume-Uni depuis les attentats-suicides du 7 juillet 2005, revendiqués par des sympathisants d'Al-Qaïda, qui avaient fait 56 morts dans les transports en commun londoniens. Mercredi 22 mars, Londres a été frappé en plein cœur : des passants ont été renversés sur le pont de Westminster et un policier a été poignardé aux abords du Parlement britannique. L'attaque a fait quatre morts et une cinquantaine de blessés. L'assaillant a, lui, été abattu. Franceinfo revient sur ce que l'on sait des victimes.

Un policier poignardé par l'assaillant

Il était policier depuis quinze ans. Agé de 48 ans, marié et père de famille, Keith Palmer a été poignardé devant les grilles du Parlement. "Il était parti travailler ce matin en espérant revenir à la maison à la fin de son service, et il avait toutes les raisons d'y croire", a déclaré mercredi soir Mark Rowley, chef de l'antiterrorisme. 

"Nos pensées vont à la famille du policier Keith Palmer, un mari, un père et un collègue", a écrit sur Twitter la police antiterroriste. 

Au moment des faits, le policier n'était pas armé, indique le GuardianPourquoi ? Parce que les équipes chargées de la sécurisation du Parlement sont composées d'hommes armés et non armés "dont les tâches sont différentes", a expliqué le chef de la police. 

Le député conservateur Tobias Ellwood a tenté, sans succès, de pratiquer un message cardiaque sur Keith Palmer. L'élu, qui a perdu son frère dans un attentat à Bali en 2002, a été salué en héros sur les réseaux sociaux. 

Un touriste américain de 54 ans

Kurt Cochran, un Américain de 54 ans originaire de l'Utah, fait partie des trois personnes mortes dans l'attaque, selon The Guardian. Il a été renversé sur le pont de Westminster par la voiture de l'assaillant. Ingénieur et musicien, ce touriste était en voyage à Londres avec son épouse pour fêter leur 25e anniversaire de mariage. Sa femme, Melissa Payne Cochran, a été blessée et se trouve toujours à l'hôpital, avec une jambe et une côte cassées et des blessures à la tête.

Le beau-frère de Kurt Cochran a annoncé sa mort dans un message publié sur Facebook, jeudi 23 mars. "Kurt était un homme bon et un mari aimant pour notre fille et notre sœur, Melissa, raconte-t-il. Nous exprimons toute notre gratitude au personnel médical et de secours qui ont pris soin d'eux." Le président américain, Donald Trump, s'est également exprimé sur Twitter : "Mes prières et mes condoléances vont à sa famille et ses amis."

Une enseignante de 43 ans

Une femme d'une quarantaine d'années a aussi été tuée. Selon le journal espagnol La Voz de Galicia, elle s'appelle Aysha Frade. Agée de 43 ans, cette Britannique d'origine galicienne, mariée et mère de deux enfants, partait du DLD College London, où elle enseignait l'espagnol, lorsqu'elle a perdu la vie.

Elle traversait le pont de Westminster pour aller chercher à l'école ses enfants, âgés de 8 et 11 ans, quand la voiture de l'assaillant l'a percutée. 

Un retraité britannique de 75 ans

La quatrième victime décédée est un homme de 75 ans mort jeudi soir des suites de ses blessures. Lui aussi était présent sur le pont de Westminster lorsque l'assaillant a foncé dans la foule. 

Leslie Rhodes, originaire de Clapham, un quartier du sud de Londres, était un ancien laveur de carreaux à la retraite. Célibataire, il vivait seul dans son appartement et allait rendre visite à un ami à l'hôpital Saint Thomas lorsqu'il a été grièvement blessé, selon The Guardian"Nous le connaissions depuis vingt-quatre ans, raconte un ancien voisin. C'était un homme charmant. Il aurait fait n'importe quoi pour n'importe qui. C'est un tel choc."

Une cinquantaine de blessés, dont un "entre la vie et la mort"

Au total, une cinquantaine de personnes ont été blessées, dont 31 ont été hospitalisées. Deux d'entre elles sont dans un "état critique" et une autre "entre la vie et la mort", a indiqué le chef de l'antiterrorisme, Mark Rowley, vendredi 24 mars.

Parmi ces blessés se trouvent trois jeunes Français du lycée Saint-Joseph de Concarneau (Finistère), qui étaient en voyage scolaire. Ils étaient partis avec 89 de leurs camarades de seconde, samedi après-midi, pour un voyage linguistique d'une semaine, relate Le Télégramme. Mercredi après-midi, une trentaine de ces lycéens marchaient sur le pont de Westminster lorsque l'attaque s'est produite. Thomas, Yann et Victor ont été fauchés sous les yeux de leurs camarades. "On a vu la voiture percuter le groupe. À 20 secondes près, c'était nous", a raconté au même quotidien Kilian, un élève. Les trois lycéens sont polytraumatisés, mais leur pronostic vital n'est pas engagé. Deux d'entre eux sont rapatriés vendredi. L'autre est attendu plus tard dans le week-end, selon France Bleu Breizh Izel.

Quatre touristes sud-coréens, âgés de 50 à 60 ans, ont également été blessés dans le mouvement de foule qui a suivi l'arrivée de la voiture folle sur le pont de Westminster. Douze Britanniques ont été hospitalisés, ainsi que deux Roumains, un Allemand, un Polonais, un Irlandais, un Chinois, un Italien, un Américain et deux Grecs.

Trois policiers ont également été blessés, dont deux étaient toujours hospitalisés dans un état grave vendredi. Une femme a été repêchée dans la Tamise grièvement blessée. Il s'agit d'une Roumaine de 29 ans, Andreea Cristea, a indiqué l'ambassade de Roumanie.