Affaire Alex Batty : l'adolescent britannique reconnait avoir menti aux enquêteurs par peur que sa mère et son grand-père soient arrêtés

Le jeune homme de 17 ans dévoile également, dans un entretien accordé à un journal britannique, les raisons de son départ.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min
Alex Batty sur une photo non datée, diffusée par la police de Manchester (Royaume-Uni) au moment de sa disparition. (GREATER MANCHESTER POLICE / AP / SIPA)

Il s'exprime pour la première fois depuis son retour à Oldham (Royaume-Uni), dans la région de Manchester. Alex Batty, l'adolescent de 17 ans retrouvé en France près de Toulouse par un chauffeur-livreur alors qu'il était porté disparu depuis 2017, a accordé un entretien au tabloïd The Sun . Il explique les raisons de son départ et révèle avoir caché certains éléments de son périple à la police française. 

"J'ai menti pour essayer de protéger ma mère et mon grand-père, mais je me rends compte qu'ils vont probablement se faire attraper de toute manière", raconte le jeune britannique au tabloïd. Alex Batty explique avoir menti aux enquêteurs sur son récit et sur son identité pour brouiller les pistes, de crainte que sa mère et son grand-père ne soient arrêtés pour enlèvement d'enfant.

"Une bonne personne, mais pas une bonne mère"

Le 11 décembre, après une dispute avec sa mère, l'adolescent décide de remplir son sac à dos de quelques affaires, emporte avec lui 100 euros et un couteau suisse, avec l'idée de rejoindre seul la grande ville la plus proche, Toulouse, à 110 kilomètres. "J'ai dormi dehors par terre, il gelait", a-t-il raconté au quotidien. Il dit avoir parcouru une trentaine de kilomètres en deux jours. Il avait pourtant a ffirmé à son sauveteur puis aux enquêteurs qu'il marchait depuis quatre jours à travers les montagnes.

Le Britannique décrit sa mère, à qui il a laissé un mot avant son départ, comme "une bonne personne, mais pas une bonne mère". " Quand j'ai eu 16 ans, j'ai parlé à grand-père de retourner en Angleterre", explique-t-il. "Ma mère était contre l'idée. Elle était très antigouvernement, antivax".

Interrogé sur sa vie dans les Pyrénées, Alex Patty décrit un quotidien marqué par la solitude "au milieu de nulle part". "Pas d'amis, pas de vie sociale. Travailler, travailler, du travail mais pas d'études. C'est la vie que j'imaginais que je vivrais si je restais avec maman", explique-t-il. Après six ans d'une vie d'itinérance avec sa mère et son grand-père, l'adolescent, qui souhaite aujourd'hui devenir ingénieur informatique, se dit en quête d'un " nouvel avenir".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.