Coups de canon, présentations et vente de mugs : après la naissance du Royal Baby, demandez le programme

Les premières heures de sa vie s'annoncent chargées. Francetv info s'est penché sur l'emploi du temps de ce nouveau-né et sur les heures que s'apprêtent à vivre les Britanniques.

L\'artiste indien Sudarsan Pattnaik a célébré la naissance de George avec cette sculpture sur sable, le 23 juillet 2013, sur la plage de Puri, en Inde. 
L'artiste indien Sudarsan Pattnaik a célébré la naissance de George avec cette sculpture sur sable, le 23 juillet 2013, sur la plage de Puri, en Inde.  (REUTERS )

Pour la première fois de l'histoire de la monarchie britannique, l'arrivée d'un bébé royal a été annoncée sur Twitter, samedi 2 mai. Juste après la reine Elizabeth II et les plus proches parents du couple princier, les internautes ont appris l'admission de Kate, la duchesse de Cambridge, à la maternité soit via les journalistes plantés devant l'établissement, relais d'un communiqué de presse royal très attendu, soit via le compte Twitter de Kensington Palace, la résidence provisoire de la petite famille. Bref, une première procédure avant toute une série d'évènements protocolaires.

>> Naissance du Royal Baby n°2 : suivez notre direct

Les premiers instants de la vie du Royal Baby numéro deux sont déjà réglés comme du papier à musique. La preuve, francetv info réussit à vous raconter les semaines à venir.

Les premières minutes : tweet et chanson 

Dans la salle d'accouchement. Longtemps, les Royal Babies sont nés sous le regard d'une foule de témoins (jusqu'à 70 personnes, raconte The Telegraph*). Avant 1936, les accouchements royaux devaient même se dérouler en présence du ministre de l'Intérieur. Cette fois, les premiers visages qu'a vus "Baby Cambridge" ont été ceux du staff médical de Kate, mené par les gynécologues Guy Thorpe-Beeston (qui s'occupe aussi de la reine Elizabeth, un homme de confiance, donc) et Alan Farthing. Et puis bien sûr, il y avait papa Will. 

L\'entrée de la Lindo Wing, l\'aile de l\'hôpital St Mary où doit accoucher la duchesse de Cambridge, photographiée le 8 janvier 2013, à Londres (Royaume-Uni). 
L'entrée de la Lindo Wing, l'aile de l'hôpital St Mary où doit accoucher la duchesse de Cambridge, photographiée le 8 janvier 2013, à Londres (Royaume-Uni).  (MAX MUMBY / INDIGO / GETTY IMAGES EUROPE)

Chez nous, les simples roturiers. L'annonce de la naissance a été dans la foulée communiquée via Twitter. Cette fois encore, les sujets connectés de Sa Majesté apprennent les informations essentielles (le sexe du bébé, son poids et l'heure exacte de sa naissance) juste après la famille royale. Ou quelques heures plus tard si, comme ils l'avaient fait pour la naissance de George, les parents décident de profiter pendant quelques heures (quatre heures, plus précisément) de leur bébé en secret.

Si la couronne joue le jeu des réseaux sociaux, la tradition n'est pas pour autant abandonnée. Sur un chevalet installé dans la cour de Buckingham Palace, la résidence royale, figurent les mêmes informations, comme du temps où les nouvelles circulaient hors connexion. Juste devant les grilles, pour permettre aux touristes et aux Londoniens d'y réaliser un nombre insupportable de selfies de mauvaise qualité.

La foule se presse devant les grilles de Buckingham Palace pour lire l\'annonce de la naissance du prince George, le 22 juillet 2013, à Londres. 
La foule se presse devant les grilles de Buckingham Palace pour lire l'annonce de la naissance du prince George, le 22 juillet 2013, à Londres.  (WILL OLIVER / AFP)

Devant la maternité. A cet instant très précis, devant la maternité, John Loughrey, l'un des plus fidèles fans de la famille royale, entonne une chanson afin de célébrer l'évènement. Cet "Union Jack ambulant" a "composé" deux hymnes : l'un si c'est un garçon, l'autre pour une fille. Pour vous faire une idée de la virtuosité de la performance, il interprète les deux versions dans la vidéo ci-dessous (à partir d'une minute).

A Manchester. Toujours à ce même moment, un habitant de Manchester se roule par terre. Soit parce qu'il s'agit d'une fille, et qu'il a donc gagné 15 000 livres (20 000 euros). Soit parce que c'est un garçon, et qu'il vient d'en perdre 10 000 (14 000 euros). C'est dans cette ville du nord du pays que le pari le plus élevé a été enregistré, selon The Mirror. Pour l'anecdote, le parieur, plus branché foot que Royal Babies, a déclaré au tabloïd qu'il ne s'intéressait même pas à la famille royale. "Mais j'ai envie de gagner gros, et ma femme dit que ce sera une fille, donc voilà."

Paris sur le prénom du Royal Baby devant la maternité de l\'hôpital St Mary, à Londres (Royaume-Uni), le 22 juillet 2013. 
Paris sur le prénom du Royal Baby devant la maternité de l'hôpital St Mary, à Londres (Royaume-Uni), le 22 juillet 2013.  ( MAXPPP)

Les premières heures : mamie, papy et Georgie ? 

A l'hôpital. Comme dans la plupart des familles, les proches du nouveau-né viendront lui rendre visite. Le Mirror rappelle que le prince Charles, son épouse Camilla et les parents de Kate, Carole et Michael Middleton, ont été parmi les premiers à rencontrer George. Selon le tabloïd, la sœur et le frère de la maman, Pippa et James, mais aussi son attachée de presse, son assistante, sa styliste et son équipe, ainsi que le secrétaire particulier de William devraient suivre les premières heures de la vie du second Royal Baby au plus près de la famille, ne serait-ce que pour préparer la sortie en fanfare de la jeune maman devant les caméras du monde entier.

En revanche, c'est cuit pour tonton : le prince Harry est coincé en Australie, où il effectue une mission militaire. Quant au grand frère George, le couple princier n'a pas encore indiqué s'il allait ou non rendre visite à son cadet ou à sa cadette. Suspense. 

Le prince Charles et son épouse Camilla, le 23 juillet 2013, à Londres (Royaume-Uni). 
Le prince Charles et son épouse Camilla, le 23 juillet 2013, à Londres (Royaume-Uni).  (SUZANNE PLUNKETT / REUTERS )
 

A Londres. Pour la naissance du prince Charles, la fontaine de Trafalgar Square s'était illuminée de bleu. Une petite attention originale alors que les célébrations officielles sont très encadrées : pour la naissance de chaque prince/princesse, plusieurs coups de canons sont tirés dans la capitale. Pour la naissance de George, les musiciens de la garde écossaise avaient joué Congratulations ("félicitations") juste après la cérémonie de la relève de la garde, pour la foule rassemblée devant Buckingham (vous noterez que cet air enjoué convient moyennement au stoïcisme légendaire des gardes de Buckingham), et la tour BT avait affiché le message : "It's a boy !" ("C'est un garçon !")

La tour de British Telecom, à Londres (Royaume-Uni), le 23 juillet 2013, au lendemain de la naissance du prince George. 
La tour de British Telecom, à Londres (Royaume-Uni), le 23 juillet 2013, au lendemain de la naissance du prince George.  (PAUL HACKETT / REUTERS)

Dans tous le pays (et partout où la famille royale a des fans). Les pubs, du moins ceux qui ne sont pas tenus par de fervents républicains, ne pourront résister à la thématique néonatale. A Bucklebury, le village de Kate, comme dans toute l'Angleterre, mais pas seulement. En France, ou encore aux Etats-Unis, nul doute que les bistrots british rendront hommage au nouvel enfant de la famille royale, comme ici en 2013, à New York, à la bière, mais surtout au champagne, comme le veut la tradition, rappelle-t-on dans cet article.

Encore plus classe, les chutes du Niagara, aux Etats-Unis, ont été éclairées par une lumière bleue après la naissance de George, mais pas sûr que le cadet de la famille suscite le même enthousiasme que son aîné, promis au trône.

Les chutes du Niagara (Etats-Unis) ont été illuminées de bleu à l\'annonce de la naissance du Royal Baby, un garçon, le 22 juillet 2013. 
Les chutes du Niagara (Etats-Unis) ont été illuminées de bleu à l'annonce de la naissance du Royal Baby, un garçon, le 22 juillet 2013.  (JOHN NORMILE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)
  

A Stoke-on-Trent. Dans cette petite ville anglaise près de la frontière galloise, l'économie tourne en partie autour des usines de poterie. Spécialisées dans les souvenirs et autres mugs à l'effigie de la famille royale, elles lanceront la production de la ligne adéquate dès l'annonce du sexe du bébé, dans l'espoir de commercialiser leurs produits dans les 24 heures qui suivent la naissance, explique The Stoke Sentinel. Les heures qui suivent l'heureux évènement (d'un point de vue commercial aussi) risquent d'être extrêmement sportives pour tous les employés de la ville.

Des mugs célébrant la naissance du prince George, premier fils de Kate et de William, dans un atelier de Stoke-on-Trent (Royaume-Uni), le 25 juillet 2013. 
Des mugs célébrant la naissance du prince George, premier fils de Kate et de William, dans un atelier de Stoke-on-Trent (Royaume-Uni), le 25 juillet 2013.  (ANDREW YATES / AFP)

Les premiers jours : à la cool avant le déménagement

A Londres. En 2013, seulement 27 heures après l'accouchement, Kate et William sont apparus sur le perron de l'hôpital St Mary avec leur fils dans les bras. A peine né, le Royal Baby numéro 2 devra donc affronter sa première sortie publique et essuyé les flashs des photographes massés devant le bâtiment.

 

Le prince William et son épouse, Kate Middleton, quittent la maternité au lendemain de la naissance de leur fils George, à Londres, mardi 23 juillet 2013. 
Le prince William et son épouse, Kate Middleton, quittent la maternité au lendemain de la naissance de leur fils George, à Londres, mardi 23 juillet 2013.  (ANDREW COWIE / AFP)

Puis, la petite famille passera plusieurs jours à Kensington Palace, leur résidence au cœur de la capitale. 

A Anmer Hall. Au bout d'un laps de temps inconnu, Kate, William, George et le bébé prendront la direction du nord, pour rejoindre leur résidence d'Anmer Hall, dans le Norfolk. Un cadeau de la reine qui compte pas moins de neuf chambres. Contrairement à ce qu'elle avait fait en 2013, assurant des représentations publiques moins de deux mois après la naissance de son fils, la duchesse de Cambridge a l'intention de prendre plusieurs mois de vacances, afin de s'occuper de ses deux enfants, avec Maria Teresa, la Royal Nounou. Selon l'Express.co.uk, elle pourrait ne réapparaître qu'à la mi-juin.

La résidence du duc et de la duchesse de Cambridge, Anmer Hall, à Anmer, dans le Norfolk, le 13 janvier 2013. 
La résidence du duc et de la duchesse de Cambridge, Anmer Hall, à Anmer, dans le Norfolk, le 13 janvier 2013.  (MAX MUMBY / INDIGO / GETTY IMAGES EUROPE)

Quant à William, il bénéficiera de deux semaines de congé paternité, avant de retourner s'entraîner au pilotage d'hélicoptère de sauvetage.

Dans le reste du monde. Tout redevient normal, et votre intérêt pour cet enfant retrouve un niveau ordinaire. A tel point que vous oublierez combien il est étrange de s'intéresser autant à un bébé qui n'est pas le vôtre.

* Tous les liens de cet article vers des médias sont en anglais.