VIDEO. Un responsable des Nations unies tente de faire réagir un officiel syrien

L'armée syrienne bombarde depuis plusieurs semaines l'enclave rebelles de la Ghouta orientale. La communauté internationale semble impuissante.

Voir la vidéo
FRANCEINFO

Le régime syrien, qui garde le contrôle de Damas, la capitale, assiège totalement la région voisine de la Ghouta orientale depuis 2013. Depuis début février, l'armée syrienne a même intensifié ses bombardements contre cette enclave rebelle. Près de 200 civils ont été tués depuis dimanche 18 février.

L'émissaire de l'ONU pour la Syrie n'a pu cacher son désarroi devant le Conseil de sécurité. Staffan de Mistura a demandé l'arrêt immédiat des frappes de l'armée de Bachar Al-Assad"Je suis émissaire spécial pour la Syrie depuis quatre ans maintenant. C'est le moment le plus violent, le plus inquiétant et le plus dangereux que j'ai vécu depuis que j'occupe ce poste", a-t-il lancé, mercredi 14 février.

"Des civils ont été tués et blessés à une échelle horrible. Des rapports parlent d'un millier de civils rien que dans la première semaine de février, et les frappes continuent sur des hôpitaux, des écoles et des marchés", a poursuit l'émissaire, ne provoquant aucune réaction chez le représentant syrien, assis juste en face de lui.

(BASSAM KHABIEH / X03669)