Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo Syrie : une intervention militaire de plus en plus probable

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
SIMON RICOTTIER / FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Les Etats-Unis, soutenus par la France et le Royaume-Uni, sont prêts à se passer de l'aval du Conseil de sécurité de l'ONU pour intervenir en Syrie.

L'utilisation d'armes chimiques près de Damas, en Syrie, le 21 août, est "indéniable", a assuré le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, lundi 26 août. Les Etats-Unis consultent leurs partenaires sur une éventuelle intervention militaire contre le régime de Bachar Al-Assad, au moment où les experts de l'ONU recueillent des échantillons sur le site de l'attaque présumée.

Le chef de la diplomatie américaine a qualifié d'"indécence morale" l'usage d'armes chimiques, qui auraient fait entre 500 et 1 300 morts dans la Ghouta orientale, selon l'opposition au président syrien. Sans désigner de coupable, John Kerry a assuré que "le président Obama pense que ceux qui ont recours aux armes les plus atroces (…) doivent rendre des comptes"Mais il n'a pas évoqué de quelconque projet de frappe contre le régime de Damas.

Des navires de guerre en Méditerranée

De même, la Maison Blanche a démenti des informations du quotidien britannique The Telegraph (en anglais) affirmant que Washington et Londres s'apprêtaient à lancer une action militaire commune "dans les prochains jours". Le secrétaire à la Défense, Chuck Hagel, a cependant déclaré que les forces américaines étaient prêtes à agir si nécessaire.

Quatre navires de guerre américains sont positionnés en Méditerranée en vue d'une probable attaque depuis la mer. Barack Obama sait qu'une intervention au sol serait trop dangereuse. Il veut éviter un fiasco à l'irakienne. Les Etats-Unis, soutenus par la France et le Royaume-Uni, sont prêts à se passer de l'aval du Conseil de sécurité de l'ONU pour intervenir en Syrie, une hypothèse probable vu que la Russie reste déterminée dans son soutien à la Syrie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.