Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Syrie : et la France ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Article rédigé par
France Télévisions

Russes et Américains sont pays sont tombés d'accord à Genève pour imposer à Bachar Al-Assad, un plan de démantèlement de son arsenal chimique. Quel rôle peut désormais jouer la France ? Réponse avec Christian Malard, l'éditorialiste de politique étrangère de France 3.

Au moment où les Etats-Unis et la Russie font la paire sur la question syrienne en parvenant à un accord qui permettra de démanteler l'arsenal chimique de ce pays, la France n'est hélas considérée que comme force d'appoint. A la différence de la Grande-Bretagne.

Fort de ses succès au Mali sur les Islamistes, le président de la République a peut-être eu tort de penser qu'en l'absence des Britanniques dans une éventuelle intervention militaire, il deviendrait l'allié privilégié des Etats-Unis. François Hollande aura été plutôt l'otage des atermoiements d'un président américain affaibli par l'opposition de son Congrès et de son opinion publique. 

La France restera par le biais de Laurent Fabius et de François Hollande le fer de lance moral d'une coalition internationale. Cette dernière ne doit pas cesser de rappeler qu'il faut contrôler et démanteler au plus vite l'arsenal chimique de Bachar Al-Assad et qu'il y aura recours à la force en cas de non respect de ses engagements.

Une intervention militaire n'est plus évoquée et François Hollande ne peut pas faire grand chose face à Vladimir Poutine. Le chef d'Etat russe a réussi à préserver ses intérêts stratégiques en Syrie ainsi que ceux de Bachar Al-Assad et de l'Iran.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.