Cet article date de plus de neuf ans.

Vidéo L'UMP "réservée" sur les livraisons d'armes aux rebelles syriens

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
RTL / BFMTV / France Info
Article rédigé par
France Télévisions

Christian Jacob, Claude Guéant et Michèle Alliot-Marie ont exprimé leurs réserves après l'annonce de François Hollande.

L'UMP ne soutient pas la position du gouvernement sur les livraisons d'armes aux rebelles syriens. Alors que la France s'est dit prête à passer outre l'accord de l'Union européenne pour briser l'embargo, plusieurs responsables de l'opposition ont fait part vendredi 15 mars de leur réserve.

"Je pense qu'il convient d'être très prudent sur ce sujet. Cela ne peut se faire que dans un cadre de partage de décision avec l'UE. On connaît tous les risques : comment savoir où finissent les armes ?", a mis en garde Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale.

"Il y aura encore plus de morts"

"Si nous livrons des armes, je crois qu'il y aura encore plus de morts. (...) Et en sortie de crise, il y aura encore plus de morts. (...) Tout le monde sait qu'il y aura des combats [entre rebelles] une fois que Bachar Al-Assad sera parti", a pour sa part estimé Claude Guéant, ancien ministre de l'Intérieur de Nicolas Sarkozy.

"Quand on veut convaincre des gens, on ne dit pas 'quoi qu'ils disent, cela n'aura pas d'importance'", a déclaré Michèle Alliot-Marie, ancienne ministre des Affaires étrangères, à propos de l'ultimatum fixé par François Hollande et le Premier ministre britannique, David Cameron, à l'UE concernant  la levée de l'embargo sur les armes à destination de la Syrie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.