Syrie : vers la libération de familles de djihadistes ?

Dans le camp d’Al-Hol (Syrie), des dizaines de milliers de personnes proches de djihadistes pourraient être libérées. Cela concerne essentiellement des femmes et des enfants.

FRANCE 2

Des centaines de tentes, toutes installées dans un camp aux conditions de vie très difficiles. En Syrie, la ville d’Al-Hol abrite ce lieu où sont regroupés de nombreuses familles de djihadistes. Elles pourraient prochainement être libérées. Jusqu’à 25 000 personnes selon les annonces des dirigeants kurdes. La plupart des pays occidentaux refusent de rapatrier leurs ressortissants. Près de 200 enfants résideraient encore dans ce camp.

Les familles d’origine étrangère ne sont pas concernées

C’est un énorme flou qui entoure ces futures remises en liberté. Il n’existe pour l’instant qu’une seule et unique certitude : cela ne s’appliquera pas aux familles d’origine étrangère. Les personnes libérées seraient essentiellement des femmes et des enfants. Jugés comme engagés de force dans les troupes djihadistes, ils ne représenteraient pas une réelle menace aux yeux des autorités kurdes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une manifestation anti-Bachar al-Assad sur les ruines d\'un bâtiment qui a été touché lors d\'un bombardement, dans la ville d\'Ariha, dans la province d\'Idlib, au nord-ouest de la Syrie, le 28 août 2020. 
Une manifestation anti-Bachar al-Assad sur les ruines d'un bâtiment qui a été touché lors d'un bombardement, dans la ville d'Ariha, dans la province d'Idlib, au nord-ouest de la Syrie, le 28 août 2020.  (OMAR HAJ KADOUR / AFP)